Retour sur la huitième séance. Ce que le genre fait aux données d’enquête

La séance du séminaire SED du 3 juin dernier a été consacrée à « Ce que le genre fait aux données d’enquête ». Si le thème de cette séance répond à un intérêt pour la sociologie du genre, il a également été choisi pour sa valeur heuristique sur le plan épistémologique. Je vais ici développer trois points qui font écho à cela.

En premier lieu, la question du genre des données sous-tend à mon sens la mise en œuvre d’un véritable programme de recherche autour de la division genrée du travail scientifique en sciences sociales. Ce programme peut se situer en amont en considérant par exemple sous l’angle du genre le choix entre les approches qualitatives et quantitatives puis, parmi celles-ci, les méthodes et techniques qui sont privilégiées (l’entretien ou l’observation ?, les statistiques descriptives ou la modélisation ?, etc.). Comme l’ont déjà initié Catherine Achin et Sandrine Lévèque dans un article où elles montrent que les études des comportements électoraux pointent certes les écarts en termes de genre mais les expliquent peu (effet classique du quantitatif aveugle au qualitatif), on peut donc aussi se placer en aval du travail scientifique pour analyser de quelle manière le genre travaille les données produites.

En second lieu, appréhender les données au prisme du genre ouvre la voie à des recherches encore mieux armées théoriquement pour assumer des pratiques réflexives. En témoignent l’article d’Isabelle Clair « Faire du terrain en féministe » tout comme l’introduction de Delphine Naudier et Maud Simonet rédigée pour leur ouvrage « Des sociologues sans qualités ? » qui reviennent l’un et l’autre sur l’importance de recourir aux théories/épistémologies féministes, tant le genre est enraciné dans la domination sociale. D’ailleurs, je sais gré à Delphine Naudier et Maud Simonet d’avoir profité de cette introduction pour récuser l’argument d’une épistémologie féministe qui ne serait pas neutre au regard du concept wébérien de la « neutralité axiologique » réinterprété par Raymond Aron. Les auteures rappellent à juste titre que ce concept est chez ce dernier tout sauf neutre renvoyant à son antimarxisme et, j’ajouterai aussi, à un conservatisme qui le porte à n’avoir rien à redire à l’ordre social tel qu’il est. Or, définie de la sorte, la « neutralité axiologique » s’avère particulièrement problématique non pas tant du fait qu’elle ne soit pas neutre mais plutôt qu’elle exclut toute réflexivité vis-à-vis de son absence de neutralité. J’avais moi aussi eu l’occasion de pointer ce biais à l’occasion d’une note consacrée à l’ouvrage de Nathalie Heinich « De la visibilité ». En effet, en remplaçant Marx par Bourdieu, l’usage qu’elle fait de la « neutralité axiologique » coïncide en tout point avec celui d’Aron et débouche sur une sociologie présumée sans valeurs qui, les ayant dénié, n’a plus à les objectiver. À ce sujet, il me semble ici tout à fait opportun de mentionner ce que Bourdieu avait décrit sous le nom de « loi des cécités et des lucidités croisées » prenant l’exemple de Aron dans L’Opium des intellectuels et Simone de Beauvoir dans La pensée de droite aujourd’hui où les prédispositions de chacun pour objectiver l’autre masquent la vérité sociologique qui réside dans la relation entre les deux camps et nécessite pour cela de réintroduire dans l’analyse la position et le point de vue de celui qui objective.

Enfin, en troisième et dernier lieu, interroger de manière systématique le genre dans les données procure des gains réflexifs dans la pratique même de l’enquête. À la lecture de l’ouvrage « Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques » qu’ont dirigé Anne Monjaret et Catherine Pugeault, on peut  mesurer à quel point la variable du genre pèse dans les ajustements du chercheur·e lorsqu’il interagit avec les enquêté·e·s. De même, dans le dernier chapitre de son livre consacré à la méthode ethnographique pour étudier le travail, Marie Buscatto plaide pour le recours à une focale attentive à la hiérarchisation et aux contraintes naturalisées par les conduites et les solidarités masculines. Si j’ai mentionné ces deux aspects en lien avec le genre, c’est notamment parce qu’ils se sont révélés décisifs lors de phases d’observation participante menées durant ma thèse au sein de plusieurs institutions de la visibilité intellectuelle. L’exploration de cet univers a mis notamment en évidence le fort ancrage d’une division genrée du travail où le gouvernement des conduites masculines se légitime en concédant aux femmes deux rôles de service : tandis que celles qui sont les plus dotés en capitaux héritent de la gestion du capital relationnel (un rôle de salon), aux moins bien dotées sont dévolues des tâches matérielles d’accueil, d’organisation et de communication (un rôle de renfort). Or, en procédant à un retour réflexif sur l’enquête, il est devenu clair qu’une grande part de mon immersion s’était jouée dans l’homologie que pouvait entretenir ces rôles féminins dominés avec le rôle que j’avais été conduit à endosser dans les situations d’enquête de l’étudiant en thèse toujours prompt à jouer les « petites mains ».

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Ce que le genre fait aux données d’enquête », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 9 juin 2022, https://sed.hypotheses.org/575.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Catherine Achin et Sandrine. Lévêque, « Mind the Gap ! De la variable sexe au genre des comportements électoraux », Travail Genre et Sociétés, 40, 2, 2018, p. 33-50 (https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-2-page-33.htm).

– Isabelle Clair, “Faire du terrain en féministe”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 223, 3, 2016, p. 66-83 (https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2016-3-page-66.htm).

– Delphine Naudier et Maud Simonet, « L’impossible neutralité : les féministes contre Raymond Aron », in Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des Sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, p. 9-11.

– Anne Monjaret et Catherine Pugeault, Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS éditions, 2014.

– Marie Buscatto, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès Éditions, 2010 (et, tout particulièrement, le dernier chapitre).

– Eleni Varikas, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search