Retour sur la 9ème séance. Bourdieu et les données

La séance qui nous a réuni le 1er juillet s’intitulait « Bourdieu et les données ». Si j’ai choisi ce titre, c’est parce que je tenais à évoquer l’idée d’un programme de recherche. Or, à mon sens, comme d’autres (je pense à Jérôme Bourdieu, Johan Heilbron, Louis Pinto, Gérard Mauger, etc.), nos intervenants du jour -Johs Hjellbrekke, Pernelle Issenhuth et Julien Duval – sont des contributeurs de tout premier plan à un tel programme qui ne peut être entrepris autrement que collectivement.

Mais l’on ne peut pas aborder ce programme sans revenir au préalable sur la révolution accomplie par Bourdieu au travers de son œuvre dans l’accès à la connaissance et qui signifie pour reprendre la définition de Thomas Kuhn une transformation radicale de notre vision du monde[1]. Cette révolution scientifique, je la synthétiserais de la manière suivante, à savoir comme l’élaboration d’une réponse en actes de recherche à toutes les formes d’ethnocentrisme, de classe, indigène, allogène, savant, etc., qui pèsent dans le rapport du chercheur.e à son objet. Le premier de ces actes de recherche est celui que Bourdieu a nommé l’auto-socio-analyse. Il consiste à inclure dans toute approche scientifique un travail sur un double niveau :

– individuel visant à objectiver autant que faire se peut sa propre trajectoire sociale ;

– collectif où il s’agit de mobiliser les apports de l’histoire des disciplines et de la sociologie de la science et des intellectuels.

En complément de l’auto-socio-analyse, Bourdieu a mis à disposition d’autres socio-réflexes tout aussi innovants pour se prémunir des biais ethnocentriques qui guettent le chercheur.e à chaque instant lorsqu’il ou elle est en action. Parmi ces socio-réflexes, j’en retiendrais trois.

Tout d’abord, Bourdieu n’a eu de cesse d’instaurer une continuité entre les sciences et les humanités sur la base d’un rapport épistémologiquement intéressé. Je me souviens à ce sujet de cette phrase un tantinet provocatrice dans son ouvrage Réponses qui l’inscrivait tout à fait dans la lignée de l’écrivain autrichien Robert Musil : « Je suis constamment au travail avec des philosophes et je mets constamment les philosophes au travail. Mais la différence, pour moi, c’est que les outils philosophiques – ceci est sans doute un peu désacralisant – sont exactement sur le même plan que les outils mathématiques : je ne vois pas une différence ontologique entre un concept de Kant ou de Platon et une analyse factorielle…[2] ».

Ensuite, on retrouve également chez Bourdieu le recours à des stratégies de rupture sociologiquement contrôlées avec la bienséance académique dont il aimait rappeler les puissants effets de dénaturalisation à travers les cas limites pour le sociologue que constituent des artistes tels que Manet, Flaubert ou Kraus.

Enfin, un autre geste décisif enseigné par Bourdieu pour permettre concrètement à la science de rompre avec diverses formes de préscience a été de réintroduire la place et le rôle du corps dans le point de vue savant en révélant que ce dernier y constitue l’un des principaux angles morts. Le regard porté sur le corps pour saisir le fondement des pratiques est alors constamment étayé en n’ayant de cesse d’emprunter des exemples au sport à commencer par le tennis, le rugby et les sports de combat.

Pour autant, il ne s’agit là bien évidemment que d’une sélection personnelle et absolument non exhaustive de toutes les ressources réflexives offertes par les travaux de Bourdieu.

Je voudrais à présent en venir au programme évoqué précédemment de la révolution scientifique portée par Bourdieu sur les données et proposer ici deux pistes d’investigation qui, je tiens à le dire, ont déjà été largement explorées par Julien Duval et Pernelle Issenhuth dans leur ouvrage Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969).

La première piste s’apparente plutôt à une remarque associée au contexte épistémologique sous-tendant la révolution opérée par Bourdieu du rapport savant aux données. En effet, on peut se demander si la sociologie n’était pas la seule discipline par laquelle une telle révolution pouvait s’accomplir, dans la mesure où les données du social sont celles où la légitimité savante a toujours été et restera sans doute la plus difficile à conquérir. Ce n’est pas un hasard si les pères fondateurs de la discipline ont toujours insisté sur ce point. Durkheim soulignait la difficulté majeure d’être en proie à l’illusion que l’on a la science sociale infuse. Quant à Weber, il disait de la sociologie qu’elle est une science condamnée à rester éternellement jeune. En choisissant la sociologie, Bourdieu a donc dû relever le défi tout à fait majeur sur le plan scientifique d’appréhender les données les moins évidentes des données, celles du social et, autrement dit, les plus difficiles à dénaturaliser.

La deuxième piste vise à mieux comprendre d’où les concepts de Bourdieu tirent leur caractère à la fois opératoire et transposable en étant le produit de la donnée pour produire de la donnée. Cette double qualité conceptuelle pourrait dès lors être examinée à partir des usages qu’il faisait des données qualitatives et quantitatives.

S’agissant des premières, il s’agirait de repérer dans les phases de collecte et de traitement du matériau comment s’élaborait chez Bourdieu le processus concret de recherche et, autrement dit, ses aller-retour entre théorie et empirie, les stratégies qu’il engage pour contourner les obstacles posés par les situations d’enquête, les intuitions qui sont les siennes avant, après et pendant le terrain, etc.

Pour ce qui est des données quantitatives, on pourrait réitérer les mêmes explorations que pour les données qualitatives. Dans ce registre, il faudrait alors se concentrer sur la boite à outils statistiques qu’il s’est consisté au fil du temps (tris à plat et croisés, équations, analyses factorielles, Classification ascendante hiérarchique),  afin d’éclairer comment il est parvenu à éviter les nombreux pièges soulevés par leur application à des objets sociologiques (représentativité des échantillons qui n’est pas celle des lois statistiques, valeurs manquantes avec lesquelles il faut composer, niveaux d’agrégat inadaptés, la quête de recodages empiriquement fondés, etc.).

[1] Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983 [1962].

[2] Bourdieu P. (1992) Réponses. Pour une anthropologie reflexive. Paris : Le Seuil.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Bourdieu et les données », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 16 juillet 2022, https://sed.hypotheses.org/646.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, Editions de l’EHESS, 2021 [1968] (https://journals.openedition.org/lectures/48814).

– Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité, Paris, EHESS, 2022, introd. Jérôme Bourdieu et Johan Heilbron (https://journals.openedition.org/lectures/55243?lang=fr).

– Julien Duval, Johan Heilbron, Pernelle Issenhuth (dir.), Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969), Paris, Classiques Garnier, 2022 (https://classiques-garnier.com/pierre-bourdieu-et-l-art-de-l-invention-scientifique-enqueter-au-centre-de-sociologie-europeenne-1959-1969.html).

– Julien Duval, « L’analyse des correspondances et la construction des champs », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 200, n° 5, 2013, p. 110-123 (https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-110.htm).

– Julien Duval, « 13 – Analyser un espace social » in Serge Paugam éd., L’enquête sociologique, Presses Universitaires de France, 2012, p. 267-290 (https://www.cairn.info/l-enquete-sociologique–9782130608738-page-267.htm).

– Johs Hjellbrekke, “On the reception of Bourdieu’s sociology in the world’s most equal societies”. The Oxford Handbook of Pierre Bourdieu. Oxford: Oxford University Press, 2018, p. 68-87. (Medvetz, T. & Sallaz, J. eds.) (Med Prieur, Annick) (https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780199357192.001.0001/oxfordhb-9780199357192).

– Johs Hjellbrekke, Multiple Correspondence Analysis for the Social Sciences, London: Routledge, 2018 (https://www.routledge.com/Multiple-Correspondence-Analysis-for-the-Social-Sciences/Hjellbrekke/p/book/9781138699717).

– Johs Hjellbrekke et Olav Korsnes, « Héritiers et outsiders : sur la noblesse d’État norvégienne », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 200, n°5, 2013, p. 86-105 (https://www.cairn.info/journal-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-86.htm).

– Frédéric Lebaron et Brigitte Le Roux, La méthodologie de Pierre Bourdieu en action. Espace culturel, espace social et analyse des données, Paris, Dunod, 2015 (https://www.cairn.info/la-methodologie-de-pierre-bourdieu-en-action–9782100703845.htm).

– Brigitte Le Roux & Henry Rouanet (2010), Multiple correspondence analysis,  SAGE publications, 2010, Quantitative Methods in the Social Sciences (QASS), Vicki Knight (https://methods.sagepub.com/book/multiple-correspondence-analysis).

– Brigitte Le Roux & Henry Rouanet, Geometric Data Analysis: from Correspondence Analysis to Structured Data Analysis, Dordrecht, Kluwer, 2004 (https://link.springer.com/book/10.1007/1-4020-2236-0).

Retour sur la huitième séance. Ce que le genre fait aux données d’enquête

La séance du séminaire SED du 3 juin dernier a été consacrée à « Ce que le genre fait aux données d’enquête ». Si le thème de cette séance répond à un intérêt pour la sociologie du genre, il a également été choisi pour sa valeur heuristique sur le plan épistémologique. Je vais ici développer trois points qui font écho à cela.

En premier lieu, la question du genre des données sous-tend à mon sens la mise en œuvre d’un véritable programme de recherche autour de la division genrée du travail scientifique en sciences sociales. Ce programme peut se situer en amont en considérant par exemple sous l’angle du genre le choix entre les approches qualitatives et quantitatives puis, parmi celles-ci, les méthodes et techniques qui sont privilégiées (l’entretien ou l’observation ?, les statistiques descriptives ou la modélisation ?, etc.). Comme l’ont déjà initié Catherine Achin et Sandrine Lévèque dans un article où elles montrent que les études des comportements électoraux pointent certes les écarts en termes de genre mais les expliquent peu (effet classique du quantitatif aveugle au qualitatif), on peut donc aussi se placer en aval du travail scientifique pour analyser de quelle manière le genre travaille les données produites.

En second lieu, appréhender les données au prisme du genre ouvre la voie à des recherches encore mieux armées théoriquement pour assumer des pratiques réflexives. En témoignent l’article d’Isabelle Clair « Faire du terrain en féministe » tout comme l’introduction de Delphine Naudier et Maud Simonet rédigée pour leur ouvrage « Des sociologues sans qualités ? » qui reviennent l’un et l’autre sur l’importance de recourir aux théories/épistémologies féministes, tant le genre est enraciné dans la domination sociale. D’ailleurs, je sais gré à Delphine Naudier et Maud Simonet d’avoir profité de cette introduction pour récuser l’argument d’une épistémologie féministe qui ne serait pas neutre au regard du concept wébérien de la « neutralité axiologique » réinterprété par Raymond Aron. Les auteures rappellent à juste titre que ce concept est chez ce dernier tout sauf neutre renvoyant à son antimarxisme et, j’ajouterai aussi, à un conservatisme qui le porte à n’avoir rien à redire à l’ordre social tel qu’il est. Or, définie de la sorte, la « neutralité axiologique » s’avère particulièrement problématique non pas tant du fait qu’elle ne soit pas neutre mais plutôt qu’elle exclut toute réflexivité vis-à-vis de son absence de neutralité. J’avais moi aussi eu l’occasion de pointer ce biais à l’occasion d’une note consacrée à l’ouvrage de Nathalie Heinich « De la visibilité ». En effet, en remplaçant Marx par Bourdieu, l’usage qu’elle fait de la « neutralité axiologique » coïncide en tout point avec celui d’Aron et débouche sur une sociologie présumée sans valeurs qui, les ayant dénié, n’a plus à les objectiver. À ce sujet, il me semble ici tout à fait opportun de mentionner ce que Bourdieu avait décrit sous le nom de « loi des cécités et des lucidités croisées » prenant l’exemple de Aron dans L’Opium des intellectuels et Simone de Beauvoir dans La pensée de droite aujourd’hui où les prédispositions de chacun pour objectiver l’autre masquent la vérité sociologique qui réside dans la relation entre les deux camps et nécessite pour cela de réintroduire dans l’analyse la position et le point de vue de celui qui objective.

Enfin, en troisième et dernier lieu, interroger de manière systématique le genre dans les données procure des gains réflexifs dans la pratique même de l’enquête. À la lecture de l’ouvrage « Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques » qu’ont dirigé Anne Monjaret et Catherine Pugeault, on peut  mesurer à quel point la variable du genre pèse dans les ajustements du chercheur·e lorsqu’il interagit avec les enquêté·e·s. De même, dans le dernier chapitre de son livre consacré à la méthode ethnographique pour étudier le travail, Marie Buscatto plaide pour le recours à une focale attentive à la hiérarchisation et aux contraintes naturalisées par les conduites et les solidarités masculines. Si j’ai mentionné ces deux aspects en lien avec le genre, c’est notamment parce qu’ils se sont révélés décisifs lors de phases d’observation participante menées durant ma thèse au sein de plusieurs institutions de la visibilité intellectuelle. L’exploration de cet univers a mis notamment en évidence le fort ancrage d’une division genrée du travail où le gouvernement des conduites masculines se légitime en concédant aux femmes deux rôles de service : tandis que celles qui sont les plus dotés en capitaux héritent de la gestion du capital relationnel (un rôle de salon), aux moins bien dotées sont dévolues des tâches matérielles d’accueil, d’organisation et de communication (un rôle de renfort). Or, en procédant à un retour réflexif sur l’enquête, il est devenu clair qu’une grande part de mon immersion s’était jouée dans l’homologie que pouvait entretenir ces rôles féminins dominés avec le rôle que j’avais été conduit à endosser dans les situations d’enquête de l’étudiant en thèse toujours prompt à jouer les « petites mains ».

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Ce que le genre fait aux données d’enquête », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 9 juin 2022, https://sed.hypotheses.org/575.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Catherine Achin et Sandrine. Lévêque, « Mind the Gap ! De la variable sexe au genre des comportements électoraux », Travail Genre et Sociétés, 40, 2, 2018, p. 33-50 (https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-2-page-33.htm).

– Isabelle Clair, “Faire du terrain en féministe”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 223, 3, 2016, p. 66-83 (https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2016-3-page-66.htm).

– Delphine Naudier et Maud Simonet, « L’impossible neutralité : les féministes contre Raymond Aron », in Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des Sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, p. 9-11.

– Anne Monjaret et Catherine Pugeault, Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS éditions, 2014.

– Marie Buscatto, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès Éditions, 2010 (et, tout particulièrement, le dernier chapitre).

– Eleni Varikas, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search