Retour sur la sixième séance. Ce que le numérique fait à l’éducation et au travail

La sixième séance du séminaire SED a été consacrée à « Ce que le numérique fait à l’éducation et au travail » et nous avons reçu à cette occasion Caroline Bertron, Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc.

De prime abord, la question pouvait apparaître à juste titre un peu trop large. Alors quelle était l’idée d’articuler ici le numérique avec deux domaines aussi vastes que l’éducation et le travail ? Et, autrement dit, pourquoi avoir souhaité que les travaux de Caroline Bertron sur l’éducation rencontrent ceux de Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc sur le travail ? En fait, il y avait deux visées sous-jacentes à ce dialogue.

La première fait figure de plaidoyer épistémologique. Je pense en effet que la mise en regard de l’éducation et du travail dans le cadre du numérique constitue l’opportunité que les études consacrées à chacun de ces mondes puissent s’imbriquer de plus en plus autour de la mise au jour des effets induits par la socialisation. Un tel recentrage sur les dispositions acquises et les manières dont elles s’actualisent en situation me semble d’autant plus indispensable qu’il constitue la voie par laquelle on peut espérer mieux comprendre la réception d’une action réformatrice constamment reconduite et renouvelée dans le cadre des nouveaux modes de domination de la classe dirigeante depuis le milieu des années 1980 (sur ce point, je renvoie à Luc Boltanski dans De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009).

La transition avec la seconde visée est ici parfaite, puisqu’il s’agit de rendre compte du dénominateur commun à cette action réformatrice dans les mondes de l’éducation et du travail, à savoir celui du rôle moteur de l’État. Pour le comprendre, revenons tout d’abord à la définition qu’en a donnée Pierre Bourdieu. Si l’État exerce le monopôle de la violence symbolique, on doit aussi se rappeler qu’il est la « banque centrale » de capital symbolique » c’est-à-dire le « lieu où s’engendrent et se garantissent les monnaies fiduciaires qui circulent dans le monde social » (Voir Rémi Lenoir, L’État selon Pierre Bourdieu, Sociétés contemporaines, vol. 87, 2012). Une telle définition permet de comprendre, s’il en était besoin, que les transformations institutionnelles et, par conséquent, celles en lien avec le numérique ne peuvent être mises en œuvre dans les champs de l’éducation et du travail sans que l’Etat en soient à l’initiative ou, à défaut, les avalisent.

Dans le champ de l’éducation, cette dépendance étatique se retrouve avant tout dans l’enjeu de la certification. Si le numérique va de pair avec l’émergence de nouveaux acteurs sur le marché scolaire hexagonal, force est de constater que la valeur des titres qu’ils émettent peut difficilement s’affranchir de la patente des pouvoirs publics. C’est en partant du rachat de pensionnats privés en Suisse par une multinationale de l’éducation que Caroline Bertron a commencé à explorer les stratégies du numérique dans le secteur éducatif. Pour ma part, je fais l’hypothèse que cette nouvelle économie tire parti d’une double logique : d’une part, la digitalisation des enseignements ouvre la voie à une forme de standardisation (moocs, etc.) et, par là même, à des niveaux de rentabilité extrêmement élevés ; d’autre part, ces profits ne sont rendus possibles qu’en exploitant les ressorts de la patrimonialisation (on lira sur ce point Enrichissement de Luc Boltanski et Arnaud Esquerré) qui, tout comme l’industrie du luxe, relèvent d’ancrages locaux le plus souvent nationaux et publics (ou apparentés au public).

S’agissant du champ du travail, les politiques du numérique ne cessent d’offrir des marchés spécifiques de mise en conformité qui profitent aux cabinets de conseils ainsi qu’à des sociétés de services technologiques. C’est l’intervention de la catégorie des managers dans la mise en œuvre des projets de transformation digitale en entreprise qui a été finement analysée par Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc. Elles ont mis en évidence que l’on avait affaire à des préconisations menées la plupart du temps suivant des modalités top down, injonctives et flous et, par conséquent, n’ayant que peu de chances d’être en phase avec les pratiques et enjeux professionnels propres aux secteurs concernés. De manière générale, on peut penser que l’accompagnement au numérique dans les entreprises s’inscrit plutôt dans une responsabilisation toujours plus grande des salariés vis-à-vis de leurs conditions de travail et du déroulement de leur carrière professionnelle.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Ce que le numérique fait à l’éducation et au travail », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 3 mai 2022, https://sed.hypotheses.org/476.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Bertron C. (2019), « Définir la valeur des écoles : l’acquisition de pensionnats privés par une multinationale de l’éducation », Revue Française de Socio-Économie, vol. 23, n°2, p. 97-117 (https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RFSE_023_0097&download=1).

–  Garcia S. (2003), « Croyance pédagogique et innovation technologique. Le marché de la formation à distance au service de la « démocratisation » de l’enseignement supérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 149, n°4, p. 42-60 (https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2003_num_149_1_2779).

– Williamson Ben & Hogan Anna (2020). Commercialisation and privatisation in/of education in the context of Covid-19, Rapport publié par Education International,

(https://issuu.com/educationinternational/docs/2020_eiresearch_gr_commercialisation_privatisation).

– Benedetto-Meyer M. (2019),  L’accompagnement de la transformation numérique en entreprise :  les managers de proximité sont-ils les acteurs d’une forme d’empowerment ?, Terminal, n°125-126 (https://journals.openedition.org/terminal/4859).

– Benedetto-Meyer M., Boboc A. (2021), Sociologie du numérique au travail, Armand Colin, (https://www.cairn.info/sociologie-du-numerique-au-travail–9782200630096.htm).

– Benedetto-Meyer M., Boboc A. (2019), Accompagner la « transformation digitale » : du flou des discours à la réalité des mises en œuvre, revue Travail et Emploi, n°159 (https://dares.travail-emploi.gouv.fr/sites/default/files/pdf/04-tete-159-article-4-benedetto-meyer-boboc.pdf).

– Benedetto-Meyer M., Boboc A., Metzger J.-L. (2019), Se former avec le numérique : entre exigence d’autonomie et quête de régulation, Communication & Organisation, n°56, (https://journals.openedition.org/communicationorganisation/8326).

– Boboc A. (2017), Numérique et travail : quelles influences ? , Revue Sociologies Pratiques, n°34, « Le numérique (des)organise-t-il le travail ? », (https://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2017-1-page-3.htm).

– Boboc A., Metzger J.-L. (2019), La formation continue à l’épreuve de sa numérisation, Revue Formation Emploi, n°145 (https://journals.openedition.org/formationemploi/7006).

– Boboc A., Metzger J.-L. (2019), Le numérique vecteur d’un rapport instrumental aux savoirs ?, Distances et médiations des savoirs, n°28 (https://journals.openedition.org/dms/4152).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search