Retour sur la cinquième séance. Qui sont ceux qui font du code ?

Il n’y a guère aujourd’hui de secteurs, qu’ils soient marchands ou non marchands, qui échappent au code. Pourtant, en dépit de l’omniprésence de la programmation toutes activités confondues depuis plusieurs décennies déjà, la question de savoir qui sont ceux qui codent n’a été jusqu’alors que peu étudiés. Si Léo Joubert, Mathilde Krill et Antoine Larribeau par leurs recherches respectives sur la communauté des wikipédiens, le métier des développeurs et les étudiants en informatique s’emploient à combler ce manque de travaux en sociologie sur l’une des dimensions pourtant au cœur du fait social total que représente le numérique, comment peut-on expliquer la faible cumulativité sur ce sujet au sein de la discipline ? Peut-on parler ici d’un effet générationnel ? Et, dans ce cas, s’agit-il d’une socialisation au numérique plus marquée allant de pair avec l’acquisition de dispositions et de capitaux bien spécifiques ? Un tel questionnement n’a pas seulement pour but d’engager une approche sociohistorique de la production sociologique. Il est l’une des conditions à la mise en œuvre d’une sociologie réflexive pour tous ceux qui enquêtent sur la programmation.

L’émergence d’enquêtes sur ceux qui codent pose à mon sens une autre question, à savoir celle de l’existence d’un champ de l’informatique. En s’interrogeant de la sorte, il faut bien sûr commencer par s’intéresser à la population et aux institutions de ce champ. C’est là tout l’apport d’études de cas sur les wikipédiens, les développeurs et les écoles d’informatique. Parce qu’elles traitent de régions distinctes au sein de cet espace, elles ont donc toutes les chances d’éclairer par contraste les luttes qui s’y jouent en termes de dispositions et de capitaux. Voit-on par exemple s’esquisser un pôle du désintéressement (wikipédiens) face à un pôle de l’intéressement (les écoles d’informatique et les développeurs) ? À quel type de classes a-t-on affaire pour chacun d’entre eux ? À la fraction plutôt culturelle des classes moyennes et supérieures concernant les wikipédiens ? À la fraction plutôt économique des classes moyennes et supérieures du côté des étudiants et des développeurs ? Et, enfin, à des fractions déclassées des classes supérieures pour des formations placées sous les auspices de l’anti-école ? Quelles sont alors les oppositions structurantes entre ces pôles et les groupes qui les incarnent ? Public versus privé, libre versus propriétaire, diplôme versus autodidaxie, politisation versus dépolitisation, dominants versus dominés, etc. ?

La présence de ces clivages propres à la plupart des champs sociaux n’a rien de surprenant dans le champ de l’informatique. Toutefois, ils nécessitent un point d’attention particulier. Car il ne fait aucun doute que les codeurs actualisent leurs dispositions morales et politiques dans tous les choix contextuels associés au code (secteurs, institutions, type de contrat, salaires, finalités, etc.). Mais qu’en est-il de cette actualisation lorsque l’on considère la programmation pour elle-même. À l’image des mathématiques (voir les travaux de Bernard Zarca), faut-il penser qu’elle relève d’un degré de formalisme bien trop élevé pour être justiciable du social en dehors de ses usages ? À l’inverse, peut-on envisager que les valeurs politiques et morales des codeurs se retrouvent dans ce à quoi les programmes vont servir, mais aussi sur un plan interne dans leur contenu ? En d’autres termes, et je l’énonce délibérément de manière un peu provocatrice, est-ce qu’il n’y aurait pas au fond dans la manière même de coder des lignes de clivage entre orthodoxie et hétérodoxie, professoral et artistique, voire entre gauche et droite, progressisme et conservatisme, moral et immoral, etc. ?

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Qui sont ceux qui font du code ? », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 7 avril 2022, https://sed.hypotheses.org/355.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Collet Isabelle, (2006), L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalités, Paris, L’Harmattan.

– Joubert Léo (2021), « Entre « communauté des contributeurs » et « société des usagers », les « communs de masse » à travers le cas de Wikipédia. », Terminal, n°130.

– Joubert Léo (2019), « Le parfait wikipédien. Règlementation de l’écriture et engagement des novices dans un commun de la connaissance (2000‑2018) », Le Mouvement social, vol.3, n°268, p. 45-60.

– Kendall Lori (2011), ‘‘White and Nerdy’’: Computers, Race, and the Nerd Stereotype”, The Journal of Popular Culture, vol. 44, n° 3.

– Krill Mathilde (à paraître en 2022), « “Si quelqu’un m’explique, je vais pas comprendre.” Pratiques d’une pédagogie de l’autonomie dans une formation d’informatique à destination de demandeur·ses d’emploi. », Cahiers d’histoire du Cnam.

– Larribeau Antoine (2019), “Du bidouilleur amateur à l’informaticien, apprendre le détournement : une étude de la socialisation au hacking informatique”, Sociologies pratiques, n°38, p. 59-70.

– Larribeau Antoine (2019), “L’apprentissage amateur de la programmation informatique. Enquête sur la socialisation à l’informatique des adolescents”, Mémoire de sociologie, ENS de Lyon.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search