Bourdieu and the data

The session that brought us together on July 1 was entitled “Bourdieu and Data. I chose this title because I wanted to evoke the idea of a research program. In my opinion, like others (I am thinking of Jérôme Bourdieu, Johan Heilbron, Louis Pinto, Gérard Mauger, etc.), our speakers of the day -Johs Hjellbrekke, Pernelle Issenhuth and Julien Duval- are key contributors to such a program, which can only be undertaken collectively.

But we cannot approach this program without first returning to the revolution accomplished by Bourdieu through his work in access to knowledge and which means, to use Thomas Kuhn’s definition, a radical transformation of our vision of the world[1].

I would summarize this scientific revolution in the following way, namely as the elaboration of a response in acts of research to all forms of ethnocentrism, class, indigenous, non-native, scholarly, etc., which weigh on the researcher’s relationship to his or her object. The first of these acts of research is the one that Bourdieu has named the auto-socio-analysis. It consists in including in any scientific approach a work on a double level:

– individual, aiming at objectifying as much as possible one’s own social trajectory ;

– collective, where it is a question of mobilizing the contributions of the history of disciplines and of the sociology of science and intellectuals.

In addition to self-analysis, Bourdieu has made available other socio-reflexes that are just as innovative in order to guard against the ethnocentric biases that threaten the researcher at every moment when he or she is in action. Among these socio-reflexes, I would highlight three.

First of all, Bourdieu never ceased to establish a continuity between the sciences and the humanities on the basis of an epistemologically interested relationship. I remember this slightly provocative sentence in his book Réponses, which places him in the tradition of the Austrian writer Robert Musil: “I am constantly at work with philosophers and I am constantly putting philosophers at work. But the difference, for me, is that philosophical tools – this is probably a bit desecrating – are on exactly the same level as mathematical tools: I do not see an ontological difference between a concept of Kant or Plato and a factorial analysis…”[2].

Then, we also find in Bourdieu the recourse to strategies of sociologically controlled rupture with academic propriety, whose powerful effects of denaturalization he liked to recall through the borderline cases for the sociologist that artists such as Manet, Flaubert or Kraus constitute.

Finally, another decisive gesture taught by Bourdieu to concretely allow science to break with various forms of prescience was to reintroduce the place and the role of the body in the scholarly point of view by revealing that the latter constitutes one of the main blind spots. The look at the body in order to grasp the basis of practices is then constantly supported by borrowing examples from sports, starting with tennis, rugby and combat sports.

However, this is obviously only a personal and absolutely non-exhaustive selection of all the reflexive resources offered by Bourdieu’s work.

I would now like to turn to the previously mentioned program of Bourdieu’s scientific revolution on data and propose here two lines of investigation which, I would like to say, have already been widely explored by Julien Duval and Pernelle Issenhuth in their book Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Investigating at the Center for European Sociology (1959-1969).

The first point is more akin to a remark associated with the epistemological context underlying Bourdieu’s revolution in the scholarly relationship to data. Indeed, one may wonder whether sociology was not the only discipline through which such a revolution could be accomplished, insofar as the data of the social are those where scholarly legitimacy has always been and will undoubtedly remain the most difficult to conquer. It is not by chance that the founding fathers of the discipline have always insisted on this point. Durkheim emphasized the major difficulty of falling prey to the illusion that one has an infused social science. As for Weber, he said of sociology that it is a science condemned to remain eternally young. In choosing sociology, Bourdieu therefore had to take up the major scientific challenge of apprehending the least obvious of data, that of the social and, in other words, the most difficult to denaturalize.

The second track aims at better understanding from where Bourdieu’s concepts derive their operative and transposable character by being the product of data to produce data. This double conceptual quality could then be examined from the point of view of the uses he made of qualitative and quantitative data.

With regard to the former, it would be a matter of identifying, in the phases of collecting and processing the material, how Bourdieu elaborated the concrete process of research and, in other words, his back-and-forth between theory and empiricism, the strategies that he engaged in to circumvent the obstacles posed by the situations of inquiry, the intuitions that were his before, after and during the fieldwork, etc.

With regard to quantitative data, we could repeat the same explorations as for qualitative data. In this respect, it would be necessary to focus on the statistical toolbox that he has built up over time (flat and cross tabulations, equations, factor analysis, hierarchical ascending classification), in order to shed light on how he has managed to avoid the numerous pitfalls raised by their application to sociological objects (representativeness of the samples which is not that of the statistical laws, missing values with which it is necessary to contend, unsuitable levels of aggregation, the search for empirically based recodings, etc.).

[1] Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983 [1962].

[2] Bourdieu P. (1992) Réponses. Pour une anthropologie reflexive. Paris : Le Seuil.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

To cite this article: Boris Attencourt, “Bourdieu and Data”, Hypotheses notebook “Science in the test of data”, published on July 16, 2022, https://sed.hypotheses.org/646.

Indicative bibliography for the session:

– Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, Editions de l’EHESS, 2021 [1968] (https://journals.openedition.org/lectures/48814).

– Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité, Paris, EHESS, 2022, introd. Jérôme Bourdieu et Johan Heilbron (https://journals.openedition.org/lectures/55243?lang=fr).

– Julien Duval, Johan Heilbron, Pernelle Issenhuth (dir.), Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969), Paris, Classiques Garnier, 2022 (https://classiques-garnier.com/pierre-bourdieu-et-l-art-de-l-invention-scientifique-enqueter-au-centre-de-sociologie-europeenne-1959-1969.html).

– Julien Duval, « L’analyse des correspondances et la construction des champs », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 200, n° 5, 2013, p. 110-123 (https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-110.htm).

– Julien Duval, « 13 – Analyser un espace social » in Serge Paugam éd., L’enquête sociologique, Presses Universitaires de France, 2012, p. 267-290 (https://www.cairn.info/l-enquete-sociologique–9782130608738-page-267.htm).

– Johs Hjellbrekke, “On the reception of Bourdieu’s sociology in the world’s most equal societies”. The Oxford Handbook of Pierre Bourdieu. Oxford: Oxford University Press, 2018, p. 68-87. (Medvetz, T. & Sallaz, J. eds.) (Med Prieur, Annick) (https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780199357192.001.0001/oxfordhb-9780199357192).

– Johs Hjellbrekke, Multiple Correspondence Analysis for the Social Sciences, London: Routledge, 2018 (https://www.routledge.com/Multiple-Correspondence-Analysis-for-the-Social-Sciences/Hjellbrekke/p/book/9781138699717).

– Johs Hjellbrekke et Olav Korsnes, « Héritiers et outsiders : sur la noblesse d’État norvégienne », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 200, n°5, 2013, p. 86-105 (https://www.cairn.info/journal-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-86.htm).

– Frédéric Lebaron et Brigitte Le Roux, La méthodologie de Pierre Bourdieu en action. Espace culturel, espace social et analyse des données, Paris, Dunod, 2015 (https://www.cairn.info/la-methodologie-de-pierre-bourdieu-en-action–9782100703845.htm).

– Brigitte Le Roux & Henry Rouanet (2010), Multiple correspondence analysis,  SAGE publications, 2010, Quantitative Methods in the Social Sciences (QASS), Vicki Knight (https://methods.sagepub.com/book/multiple-correspondence-analysis).

– Brigitte Le Roux & Henry Rouanet, Geometric Data Analysis: from Correspondence Analysis to Structured Data Analysis, Dordrecht, Kluwer, 2004 (https://link.springer.com/book/10.1007/1-4020-2236-0).

Retour sur la 9ème séance. Bourdieu et les données

La séance qui nous a réuni le 1er juillet s’intitulait « Bourdieu et les données ». Si j’ai choisi ce titre, c’est parce que je tenais à évoquer l’idée d’un programme de recherche. Or, à mon sens, comme d’autres (je pense à Jérôme Bourdieu, Johan Heilbron, Louis Pinto, Gérard Mauger, etc.), nos intervenants du jour -Johs Hjellbrekke, Pernelle Issenhuth et Julien Duval – sont des contributeurs de tout premier plan à un tel programme qui ne peut être entrepris autrement que collectivement.

Mais l’on ne peut pas aborder ce programme sans revenir au préalable sur la révolution accomplie par Bourdieu au travers de son œuvre dans l’accès à la connaissance et qui signifie pour reprendre la définition de Thomas Kuhn une transformation radicale de notre vision du monde[1]. Cette révolution scientifique, je la synthétiserais de la manière suivante, à savoir comme l’élaboration d’une réponse en actes de recherche à toutes les formes d’ethnocentrisme, de classe, indigène, allogène, savant, etc., qui pèsent dans le rapport du chercheur.e à son objet. Le premier de ces actes de recherche est celui que Bourdieu a nommé l’auto-socio-analyse. Il consiste à inclure dans toute approche scientifique un travail sur un double niveau :

– individuel visant à objectiver autant que faire se peut sa propre trajectoire sociale ;

– collectif où il s’agit de mobiliser les apports de l’histoire des disciplines et de la sociologie de la science et des intellectuels.

En complément de l’auto-socio-analyse, Bourdieu a mis à disposition d’autres socio-réflexes tout aussi innovants pour se prémunir des biais ethnocentriques qui guettent le chercheur.e à chaque instant lorsqu’il ou elle est en action. Parmi ces socio-réflexes, j’en retiendrais trois.

Tout d’abord, Bourdieu n’a eu de cesse d’instaurer une continuité entre les sciences et les humanités sur la base d’un rapport épistémologiquement intéressé. Je me souviens à ce sujet de cette phrase un tantinet provocatrice dans son ouvrage Réponses qui l’inscrivait tout à fait dans la lignée de l’écrivain autrichien Robert Musil : « Je suis constamment au travail avec des philosophes et je mets constamment les philosophes au travail. Mais la différence, pour moi, c’est que les outils philosophiques – ceci est sans doute un peu désacralisant – sont exactement sur le même plan que les outils mathématiques : je ne vois pas une différence ontologique entre un concept de Kant ou de Platon et une analyse factorielle…[2] ».

Ensuite, on retrouve également chez Bourdieu le recours à des stratégies de rupture sociologiquement contrôlées avec la bienséance académique dont il aimait rappeler les puissants effets de dénaturalisation à travers les cas limites pour le sociologue que constituent des artistes tels que Manet, Flaubert ou Kraus.

Enfin, un autre geste décisif enseigné par Bourdieu pour permettre concrètement à la science de rompre avec diverses formes de préscience a été de réintroduire la place et le rôle du corps dans le point de vue savant en révélant que ce dernier y constitue l’un des principaux angles morts. Le regard porté sur le corps pour saisir le fondement des pratiques est alors constamment étayé en n’ayant de cesse d’emprunter des exemples au sport à commencer par le tennis, le rugby et les sports de combat.

Pour autant, il ne s’agit là bien évidemment que d’une sélection personnelle et absolument non exhaustive de toutes les ressources réflexives offertes par les travaux de Bourdieu.

Je voudrais à présent en venir au programme évoqué précédemment de la révolution scientifique portée par Bourdieu sur les données et proposer ici deux pistes d’investigation qui, je tiens à le dire, ont déjà été largement explorées par Julien Duval et Pernelle Issenhuth dans leur ouvrage Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969).

La première piste s’apparente plutôt à une remarque associée au contexte épistémologique sous-tendant la révolution opérée par Bourdieu du rapport savant aux données. En effet, on peut se demander si la sociologie n’était pas la seule discipline par laquelle une telle révolution pouvait s’accomplir, dans la mesure où les données du social sont celles où la légitimité savante a toujours été et restera sans doute la plus difficile à conquérir. Ce n’est pas un hasard si les pères fondateurs de la discipline ont toujours insisté sur ce point. Durkheim soulignait la difficulté majeure d’être en proie à l’illusion que l’on a la science sociale infuse. Quant à Weber, il disait de la sociologie qu’elle est une science condamnée à rester éternellement jeune. En choisissant la sociologie, Bourdieu a donc dû relever le défi tout à fait majeur sur le plan scientifique d’appréhender les données les moins évidentes des données, celles du social et, autrement dit, les plus difficiles à dénaturaliser.

La deuxième piste vise à mieux comprendre d’où les concepts de Bourdieu tirent leur caractère à la fois opératoire et transposable en étant le produit de la donnée pour produire de la donnée. Cette double qualité conceptuelle pourrait dès lors être examinée à partir des usages qu’il faisait des données qualitatives et quantitatives.

S’agissant des premières, il s’agirait de repérer dans les phases de collecte et de traitement du matériau comment s’élaborait chez Bourdieu le processus concret de recherche et, autrement dit, ses aller-retour entre théorie et empirie, les stratégies qu’il engage pour contourner les obstacles posés par les situations d’enquête, les intuitions qui sont les siennes avant, après et pendant le terrain, etc.

Pour ce qui est des données quantitatives, on pourrait réitérer les mêmes explorations que pour les données qualitatives. Dans ce registre, il faudrait alors se concentrer sur la boite à outils statistiques qu’il s’est consisté au fil du temps (tris à plat et croisés, équations, analyses factorielles, Classification ascendante hiérarchique),  afin d’éclairer comment il est parvenu à éviter les nombreux pièges soulevés par leur application à des objets sociologiques (représentativité des échantillons qui n’est pas celle des lois statistiques, valeurs manquantes avec lesquelles il faut composer, niveaux d’agrégat inadaptés, la quête de recodages empiriquement fondés, etc.).

[1] Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983 [1962].

[2] Bourdieu P. (1992) Réponses. Pour une anthropologie reflexive. Paris : Le Seuil.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Bourdieu et les données », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 16 juillet 2022, https://sed.hypotheses.org/646.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, Editions de l’EHESS, 2021 [1968] (https://journals.openedition.org/lectures/48814).

– Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité, Paris, EHESS, 2022, introd. Jérôme Bourdieu et Johan Heilbron (https://journals.openedition.org/lectures/55243?lang=fr).

– Julien Duval, Johan Heilbron, Pernelle Issenhuth (dir.), Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969), Paris, Classiques Garnier, 2022 (https://classiques-garnier.com/pierre-bourdieu-et-l-art-de-l-invention-scientifique-enqueter-au-centre-de-sociologie-europeenne-1959-1969.html).

– Julien Duval, « L’analyse des correspondances et la construction des champs », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 200, n° 5, 2013, p. 110-123 (https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-110.htm).

– Julien Duval, « 13 – Analyser un espace social » in Serge Paugam éd., L’enquête sociologique, Presses Universitaires de France, 2012, p. 267-290 (https://www.cairn.info/l-enquete-sociologique–9782130608738-page-267.htm).

– Johs Hjellbrekke, “On the reception of Bourdieu’s sociology in the world’s most equal societies”. The Oxford Handbook of Pierre Bourdieu. Oxford: Oxford University Press, 2018, p. 68-87. (Medvetz, T. & Sallaz, J. eds.) (Med Prieur, Annick) (https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780199357192.001.0001/oxfordhb-9780199357192).

– Johs Hjellbrekke, Multiple Correspondence Analysis for the Social Sciences, London: Routledge, 2018 (https://www.routledge.com/Multiple-Correspondence-Analysis-for-the-Social-Sciences/Hjellbrekke/p/book/9781138699717).

– Johs Hjellbrekke et Olav Korsnes, « Héritiers et outsiders : sur la noblesse d’État norvégienne », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 200, n°5, 2013, p. 86-105 (https://www.cairn.info/journal-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-86.htm).

– Frédéric Lebaron et Brigitte Le Roux, La méthodologie de Pierre Bourdieu en action. Espace culturel, espace social et analyse des données, Paris, Dunod, 2015 (https://www.cairn.info/la-methodologie-de-pierre-bourdieu-en-action–9782100703845.htm).

– Brigitte Le Roux & Henry Rouanet (2010), Multiple correspondence analysis,  SAGE publications, 2010, Quantitative Methods in the Social Sciences (QASS), Vicki Knight (https://methods.sagepub.com/book/multiple-correspondence-analysis).

– Brigitte Le Roux & Henry Rouanet, Geometric Data Analysis: from Correspondence Analysis to Structured Data Analysis, Dordrecht, Kluwer, 2004 (https://link.springer.com/book/10.1007/1-4020-2236-0).

What gender does to survey data

The SED seminar session on June 3 was devoted to “What Gender Does to Survey Data”. While the theme of this session responds to an interest in the sociology of gender, it was also chosen for its epistemological heuristic value. Here I will develop three points that echo this.

First, the question of the gender of data underlies, in my opinion, the implementation of a real research program around the gendered division of scientific work in the social sciences. This program can be situated upstream by considering, for example, from a gender perspective, the choice between qualitative and quantitative approaches, and then, among these, the methods and techniques that are privileged (interviews or observation, descriptive statistics or modeling, etc.). As Catherine Achin and Sandrine Lévèque have already initiated in an article in which they show that studies of electoral behavior do indeed point to gender differences but do not explain them very well (a classic effect of the quantitative approach being blind to the qualitative), we can therefore also look downstream of the scientific work to analyze the way in which gender affects the data produced.

Secondly, understanding data through a gender lens opens the way to research that is even better equipped theoretically to take on reflective practices. Isabelle Clair’s article “Faire du terrain en féministe” (Doing fieldwork as a feminist) and Delphine Naudier and Maud Simonet’s introduction to their book “Des sociologues sans qualités?” (Sociologists without qualities?) both stress the importance of using feminist theories/epistemologies, since gender is so deeply rooted in social domination. Moreover, I am grateful to Delphine Naudier and Maud Simonet for having taken advantage of this introduction to challenge the argument that feminist epistemology is not neutral with regard to the Weberian concept of “axiological neutrality” reinterpreted by Raymond Aron. The authors rightly remind us that this concept is anything but neutral in Aron, referring to his anti-Marxism and, I would also add, to a conservatism that leads him to have nothing to say about the social order as it is. Now, defined in this way, “axiological neutrality” is particularly problematic not so much because it is not neutral, but rather because it excludes any reflexivity with respect to its lack of neutrality. I also had the opportunity to point out this bias in a note devoted to Nathalie Heinich’s book “De la visibilité”. Indeed, by replacing Marx with Bourdieu, the use she makes of “axiological neutrality” coincides in every respect with that of Aron and leads to a presumed value-free sociology which, having denied them, no longer has to objectify them. In this respect, it seems to me quite appropriate to mention what Bourdieu had described under the name of “law of blindness and crossed lucidities” taking the example of Aron in L’Opium des intellectuels and Simone de Beauvoir in La pensée de droite aujourd’hui, where the predispositions of each to objectify the other mask the sociological truth that resides in the relation between the two camps and requires for that to reintroduce in the analysis the position and the point of view of the one who objectifies.

Third and finally, systematically interrogating gender in data provides reflexive gains in the practice of inquiry itself. On reading the book “Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques”, edited by Anne Monjaret and Catherine Pugeault, one can measure the extent to which the gender variable weighs in the researcher’s adjustments when interacting with respondents. Similarly, in the last chapter of her book devoted to the ethnographic method for studying work, Marie Buscatto argues for the use of a focus that is attentive to hierarchization and to the constraints naturalized by male behaviors and solidarities. If I have mentioned these two aspects in relation to gender, it is mainly because they proved decisive during phases of participant observation carried out during my thesis within several institutions of intellectual visibility. The exploration of this universe has highlighted the strong anchoring of a gendered division of labor where the government of male behaviors is legitimized by conceding to women two service roles: while those who are more endowed with capital inherit the management of relational capital (a salon role), the less well endowed are assigned the material tasks of reception, organization and communication (a reinforcement role). However, when I looked back at the survey, it became clear that a large part of my immersion had been played out in the homology that these dominated female roles could have with the role that I had been led to assume in the survey situations of the thesis student who is always quick to play the “little hands”.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

To cite this article: Boris Attencourt, “What gender does to survey data”, carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », published on June 9, 2022, https://sed.hypotheses.org/605.

Indicative bibliography:

– Catherine Achin et Sandrine. Lévêque, « Mind the Gap ! De la variable sexe au genre des comportements électoraux », Travail Genre et Sociétés, 40, 2, 2018, p. 33-50 (https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-2-page-33.htm).

– Isabelle Clair, “Faire du terrain en féministe”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 223, 3, 2016, p. 66-83 (https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2016-3-page-66.htm).

– Delphine Naudier et Maud Simonet, « L’impossible neutralité : les féministes contre Raymond Aron », in Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des Sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, p. 9-11.

– Anne Monjaret et Catherine Pugeault, Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS éditions, 2014.

– Marie Buscatto, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès Éditions, 2010 (et, tout particulièrement, le dernier chapitre).

– Eleni Varikas, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006.

 

 

 

 

Retour sur la huitième séance. Ce que le genre fait aux données d’enquête

La séance du séminaire SED du 3 juin dernier a été consacrée à « Ce que le genre fait aux données d’enquête ». Si le thème de cette séance répond à un intérêt pour la sociologie du genre, il a également été choisi pour sa valeur heuristique sur le plan épistémologique. Je vais ici développer trois points qui font écho à cela.

En premier lieu, la question du genre des données sous-tend à mon sens la mise en œuvre d’un véritable programme de recherche autour de la division genrée du travail scientifique en sciences sociales. Ce programme peut se situer en amont en considérant par exemple sous l’angle du genre le choix entre les approches qualitatives et quantitatives puis, parmi celles-ci, les méthodes et techniques qui sont privilégiées (l’entretien ou l’observation ?, les statistiques descriptives ou la modélisation ?, etc.). Comme l’ont déjà initié Catherine Achin et Sandrine Lévèque dans un article où elles montrent que les études des comportements électoraux pointent certes les écarts en termes de genre mais les expliquent peu (effet classique du quantitatif aveugle au qualitatif), on peut donc aussi se placer en aval du travail scientifique pour analyser de quelle manière le genre travaille les données produites.

En second lieu, appréhender les données au prisme du genre ouvre la voie à des recherches encore mieux armées théoriquement pour assumer des pratiques réflexives. En témoignent l’article d’Isabelle Clair « Faire du terrain en féministe » tout comme l’introduction de Delphine Naudier et Maud Simonet rédigée pour leur ouvrage « Des sociologues sans qualités ? » qui reviennent l’un et l’autre sur l’importance de recourir aux théories/épistémologies féministes, tant le genre est enraciné dans la domination sociale. D’ailleurs, je sais gré à Delphine Naudier et Maud Simonet d’avoir profité de cette introduction pour récuser l’argument d’une épistémologie féministe qui ne serait pas neutre au regard du concept wébérien de la « neutralité axiologique » réinterprété par Raymond Aron. Les auteures rappellent à juste titre que ce concept est chez ce dernier tout sauf neutre renvoyant à son antimarxisme et, j’ajouterai aussi, à un conservatisme qui le porte à n’avoir rien à redire à l’ordre social tel qu’il est. Or, définie de la sorte, la « neutralité axiologique » s’avère particulièrement problématique non pas tant du fait qu’elle ne soit pas neutre mais plutôt qu’elle exclut toute réflexivité vis-à-vis de son absence de neutralité. J’avais moi aussi eu l’occasion de pointer ce biais à l’occasion d’une note consacrée à l’ouvrage de Nathalie Heinich « De la visibilité ». En effet, en remplaçant Marx par Bourdieu, l’usage qu’elle fait de la « neutralité axiologique » coïncide en tout point avec celui d’Aron et débouche sur une sociologie présumée sans valeurs qui, les ayant dénié, n’a plus à les objectiver. À ce sujet, il me semble ici tout à fait opportun de mentionner ce que Bourdieu avait décrit sous le nom de « loi des cécités et des lucidités croisées » prenant l’exemple de Aron dans L’Opium des intellectuels et Simone de Beauvoir dans La pensée de droite aujourd’hui où les prédispositions de chacun pour objectiver l’autre masquent la vérité sociologique qui réside dans la relation entre les deux camps et nécessite pour cela de réintroduire dans l’analyse la position et le point de vue de celui qui objective.

Enfin, en troisième et dernier lieu, interroger de manière systématique le genre dans les données procure des gains réflexifs dans la pratique même de l’enquête. À la lecture de l’ouvrage « Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques » qu’ont dirigé Anne Monjaret et Catherine Pugeault, on peut  mesurer à quel point la variable du genre pèse dans les ajustements du chercheur·e lorsqu’il interagit avec les enquêté·e·s. De même, dans le dernier chapitre de son livre consacré à la méthode ethnographique pour étudier le travail, Marie Buscatto plaide pour le recours à une focale attentive à la hiérarchisation et aux contraintes naturalisées par les conduites et les solidarités masculines. Si j’ai mentionné ces deux aspects en lien avec le genre, c’est notamment parce qu’ils se sont révélés décisifs lors de phases d’observation participante menées durant ma thèse au sein de plusieurs institutions de la visibilité intellectuelle. L’exploration de cet univers a mis notamment en évidence le fort ancrage d’une division genrée du travail où le gouvernement des conduites masculines se légitime en concédant aux femmes deux rôles de service : tandis que celles qui sont les plus dotés en capitaux héritent de la gestion du capital relationnel (un rôle de salon), aux moins bien dotées sont dévolues des tâches matérielles d’accueil, d’organisation et de communication (un rôle de renfort). Or, en procédant à un retour réflexif sur l’enquête, il est devenu clair qu’une grande part de mon immersion s’était jouée dans l’homologie que pouvait entretenir ces rôles féminins dominés avec le rôle que j’avais été conduit à endosser dans les situations d’enquête de l’étudiant en thèse toujours prompt à jouer les « petites mains ».

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Ce que le genre fait aux données d’enquête », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 9 juin 2022, https://sed.hypotheses.org/575.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Catherine Achin et Sandrine. Lévêque, « Mind the Gap ! De la variable sexe au genre des comportements électoraux », Travail Genre et Sociétés, 40, 2, 2018, p. 33-50 (https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-2-page-33.htm).

– Isabelle Clair, “Faire du terrain en féministe”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 223, 3, 2016, p. 66-83 (https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2016-3-page-66.htm).

– Delphine Naudier et Maud Simonet, « L’impossible neutralité : les féministes contre Raymond Aron », in Delphine Naudier et Maud Simonet (dir.), Des Sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, p. 9-11.

– Anne Monjaret et Catherine Pugeault, Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS éditions, 2014.

– Marie Buscatto, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès Éditions, 2010 (et, tout particulièrement, le dernier chapitre).

– Eleni Varikas, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006.

Retour sur la sixième séance. Ce que le numérique fait à l’éducation et au travail

La sixième séance du séminaire SED a été consacrée à « Ce que le numérique fait à l’éducation et au travail » et nous avons reçu à cette occasion Caroline Bertron, Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc.

De prime abord, la question pouvait apparaître à juste titre un peu trop large. Alors quelle était l’idée d’articuler ici le numérique avec deux domaines aussi vastes que l’éducation et le travail ? Et, autrement dit, pourquoi avoir souhaité que les travaux de Caroline Bertron sur l’éducation rencontrent ceux de Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc sur le travail ? En fait, il y avait deux visées sous-jacentes à ce dialogue.

La première fait figure de plaidoyer épistémologique. Je pense en effet que la mise en regard de l’éducation et du travail dans le cadre du numérique constitue l’opportunité que les études consacrées à chacun de ces mondes puissent s’imbriquer de plus en plus autour de la mise au jour des effets induits par la socialisation. Un tel recentrage sur les dispositions acquises et les manières dont elles s’actualisent en situation me semble d’autant plus indispensable qu’il constitue la voie par laquelle on peut espérer mieux comprendre la réception d’une action réformatrice constamment reconduite et renouvelée dans le cadre des nouveaux modes de domination de la classe dirigeante depuis le milieu des années 1980 (sur ce point, je renvoie à Luc Boltanski dans De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009).

La transition avec la seconde visée est ici parfaite, puisqu’il s’agit de rendre compte du dénominateur commun à cette action réformatrice dans les mondes de l’éducation et du travail, à savoir celui du rôle moteur de l’État. Pour le comprendre, revenons tout d’abord à la définition qu’en a donnée Pierre Bourdieu. Si l’État exerce le monopôle de la violence symbolique, on doit aussi se rappeler qu’il est la « banque centrale » de capital symbolique » c’est-à-dire le « lieu où s’engendrent et se garantissent les monnaies fiduciaires qui circulent dans le monde social » (Voir Rémi Lenoir, L’État selon Pierre Bourdieu, Sociétés contemporaines, vol. 87, 2012). Une telle définition permet de comprendre, s’il en était besoin, que les transformations institutionnelles et, par conséquent, celles en lien avec le numérique ne peuvent être mises en œuvre dans les champs de l’éducation et du travail sans que l’Etat en soient à l’initiative ou, à défaut, les avalisent.

Dans le champ de l’éducation, cette dépendance étatique se retrouve avant tout dans l’enjeu de la certification. Si le numérique va de pair avec l’émergence de nouveaux acteurs sur le marché scolaire hexagonal, force est de constater que la valeur des titres qu’ils émettent peut difficilement s’affranchir de la patente des pouvoirs publics. C’est en partant du rachat de pensionnats privés en Suisse par une multinationale de l’éducation que Caroline Bertron a commencé à explorer les stratégies du numérique dans le secteur éducatif. Pour ma part, je fais l’hypothèse que cette nouvelle économie tire parti d’une double logique : d’une part, la digitalisation des enseignements ouvre la voie à une forme de standardisation (moocs, etc.) et, par là même, à des niveaux de rentabilité extrêmement élevés ; d’autre part, ces profits ne sont rendus possibles qu’en exploitant les ressorts de la patrimonialisation (on lira sur ce point Enrichissement de Luc Boltanski et Arnaud Esquerré) qui, tout comme l’industrie du luxe, relèvent d’ancrages locaux le plus souvent nationaux et publics (ou apparentés au public).

S’agissant du champ du travail, les politiques du numérique ne cessent d’offrir des marchés spécifiques de mise en conformité qui profitent aux cabinets de conseils ainsi qu’à des sociétés de services technologiques. C’est l’intervention de la catégorie des managers dans la mise en œuvre des projets de transformation digitale en entreprise qui a été finement analysée par Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc. Elles ont mis en évidence que l’on avait affaire à des préconisations menées la plupart du temps suivant des modalités top down, injonctives et flous et, par conséquent, n’ayant que peu de chances d’être en phase avec les pratiques et enjeux professionnels propres aux secteurs concernés. De manière générale, on peut penser que l’accompagnement au numérique dans les entreprises s’inscrit plutôt dans une responsabilisation toujours plus grande des salariés vis-à-vis de leurs conditions de travail et du déroulement de leur carrière professionnelle.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Ce que le numérique fait à l’éducation et au travail », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 3 mai 2022, https://sed.hypotheses.org/476.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Bertron C. (2019), « Définir la valeur des écoles : l’acquisition de pensionnats privés par une multinationale de l’éducation », Revue Française de Socio-Économie, vol. 23, n°2, p. 97-117 (https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RFSE_023_0097&download=1).

–  Garcia S. (2003), « Croyance pédagogique et innovation technologique. Le marché de la formation à distance au service de la « démocratisation » de l’enseignement supérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 149, n°4, p. 42-60 (https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2003_num_149_1_2779).

– Williamson Ben & Hogan Anna (2020). Commercialisation and privatisation in/of education in the context of Covid-19, Rapport publié par Education International,

(https://issuu.com/educationinternational/docs/2020_eiresearch_gr_commercialisation_privatisation).

– Benedetto-Meyer M. (2019),  L’accompagnement de la transformation numérique en entreprise :  les managers de proximité sont-ils les acteurs d’une forme d’empowerment ?, Terminal, n°125-126 (https://journals.openedition.org/terminal/4859).

– Benedetto-Meyer M., Boboc A. (2021), Sociologie du numérique au travail, Armand Colin, (https://www.cairn.info/sociologie-du-numerique-au-travail–9782200630096.htm).

– Benedetto-Meyer M., Boboc A. (2019), Accompagner la « transformation digitale » : du flou des discours à la réalité des mises en œuvre, revue Travail et Emploi, n°159 (https://dares.travail-emploi.gouv.fr/sites/default/files/pdf/04-tete-159-article-4-benedetto-meyer-boboc.pdf).

– Benedetto-Meyer M., Boboc A., Metzger J.-L. (2019), Se former avec le numérique : entre exigence d’autonomie et quête de régulation, Communication & Organisation, n°56, (https://journals.openedition.org/communicationorganisation/8326).

– Boboc A. (2017), Numérique et travail : quelles influences ? , Revue Sociologies Pratiques, n°34, « Le numérique (des)organise-t-il le travail ? », (https://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2017-1-page-3.htm).

– Boboc A., Metzger J.-L. (2019), La formation continue à l’épreuve de sa numérisation, Revue Formation Emploi, n°145 (https://journals.openedition.org/formationemploi/7006).

– Boboc A., Metzger J.-L. (2019), Le numérique vecteur d’un rapport instrumental aux savoirs ?, Distances et médiations des savoirs, n°28 (https://journals.openedition.org/dms/4152).

Retour sur la cinquième séance. Qui sont ceux qui font du code ?

Il n’y a guère aujourd’hui de secteurs, qu’ils soient marchands ou non marchands, qui échappent au code. Pourtant, en dépit de l’omniprésence de la programmation toutes activités confondues depuis plusieurs décennies déjà, la question de savoir qui sont ceux qui codent n’a été jusqu’alors que peu étudiés. Si Léo Joubert, Mathilde Krill et Antoine Larribeau par leurs recherches respectives sur la communauté des wikipédiens, le métier des développeurs et les étudiants en informatique s’emploient à combler ce manque de travaux en sociologie sur l’une des dimensions pourtant au cœur du fait social total que représente le numérique, comment peut-on expliquer la faible cumulativité sur ce sujet au sein de la discipline ? Peut-on parler ici d’un effet générationnel ? Et, dans ce cas, s’agit-il d’une socialisation au numérique plus marquée allant de pair avec l’acquisition de dispositions et de capitaux bien spécifiques ? Un tel questionnement n’a pas seulement pour but d’engager une approche sociohistorique de la production sociologique. Il est l’une des conditions à la mise en œuvre d’une sociologie réflexive pour tous ceux qui enquêtent sur la programmation.

L’émergence d’enquêtes sur ceux qui codent pose à mon sens une autre question, à savoir celle de l’existence d’un champ de l’informatique. En s’interrogeant de la sorte, il faut bien sûr commencer par s’intéresser à la population et aux institutions de ce champ. C’est là tout l’apport d’études de cas sur les wikipédiens, les développeurs et les écoles d’informatique. Parce qu’elles traitent de régions distinctes au sein de cet espace, elles ont donc toutes les chances d’éclairer par contraste les luttes qui s’y jouent en termes de dispositions et de capitaux. Voit-on par exemple s’esquisser un pôle du désintéressement (wikipédiens) face à un pôle de l’intéressement (les écoles d’informatique et les développeurs) ? À quel type de classes a-t-on affaire pour chacun d’entre eux ? À la fraction plutôt culturelle des classes moyennes et supérieures concernant les wikipédiens ? À la fraction plutôt économique des classes moyennes et supérieures du côté des étudiants et des développeurs ? Et, enfin, à des fractions déclassées des classes supérieures pour des formations placées sous les auspices de l’anti-école ? Quelles sont alors les oppositions structurantes entre ces pôles et les groupes qui les incarnent ? Public versus privé, libre versus propriétaire, diplôme versus autodidaxie, politisation versus dépolitisation, dominants versus dominés, etc. ?

La présence de ces clivages propres à la plupart des champs sociaux n’a rien de surprenant dans le champ de l’informatique. Toutefois, ils nécessitent un point d’attention particulier. Car il ne fait aucun doute que les codeurs actualisent leurs dispositions morales et politiques dans tous les choix contextuels associés au code (secteurs, institutions, type de contrat, salaires, finalités, etc.). Mais qu’en est-il de cette actualisation lorsque l’on considère la programmation pour elle-même. À l’image des mathématiques (voir les travaux de Bernard Zarca), faut-il penser qu’elle relève d’un degré de formalisme bien trop élevé pour être justiciable du social en dehors de ses usages ? À l’inverse, peut-on envisager que les valeurs politiques et morales des codeurs se retrouvent dans ce à quoi les programmes vont servir, mais aussi sur un plan interne dans leur contenu ? En d’autres termes, et je l’énonce délibérément de manière un peu provocatrice, est-ce qu’il n’y aurait pas au fond dans la manière même de coder des lignes de clivage entre orthodoxie et hétérodoxie, professoral et artistique, voire entre gauche et droite, progressisme et conservatisme, moral et immoral, etc. ?

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Qui sont ceux qui font du code ? », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 7 avril 2022, https://sed.hypotheses.org/355.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Collet Isabelle, (2006), L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalités, Paris, L’Harmattan.

– Joubert Léo (2021), « Entre « communauté des contributeurs » et « société des usagers », les « communs de masse » à travers le cas de Wikipédia. », Terminal, n°130.

– Joubert Léo (2019), « Le parfait wikipédien. Règlementation de l’écriture et engagement des novices dans un commun de la connaissance (2000‑2018) », Le Mouvement social, vol.3, n°268, p. 45-60.

– Kendall Lori (2011), ‘‘White and Nerdy’’: Computers, Race, and the Nerd Stereotype”, The Journal of Popular Culture, vol. 44, n° 3.

– Krill Mathilde (à paraître en 2022), « “Si quelqu’un m’explique, je vais pas comprendre.” Pratiques d’une pédagogie de l’autonomie dans une formation d’informatique à destination de demandeur·ses d’emploi. », Cahiers d’histoire du Cnam.

– Larribeau Antoine (2019), “Du bidouilleur amateur à l’informaticien, apprendre le détournement : une étude de la socialisation au hacking informatique”, Sociologies pratiques, n°38, p. 59-70.

– Larribeau Antoine (2019), “L’apprentissage amateur de la programmation informatique. Enquête sur la socialisation à l’informatique des adolescents”, Mémoire de sociologie, ENS de Lyon.

Retour sur la troisième séance. La mise en doute des données

Telle qu’elle a été conçue, la séance du 21 janvier dernier avait pour but de questionner ce que j’ai appelé, en référence aux enjeux de la data, la « mise en doute des données » . À cette fin, trois entrées thématiques ont été abordées (il faut bien évidemment mettre des guillemets), à savoir le « complotisme », les « fake news » et, enfin, l’ « hésitation vaccinale ».

Si je parle d’entrées thématiques et pas d’objets, c’est parce que le principe d’une recherche en sciences sociales est précisément d’engager un travail de construction qui, en se plaçant sur le terrain de l’enquête empirique et de l’administration de la preuve, permet de passer du premier (le thème) au second (l’objet). Or il ne me semble pas inutile d’insister sur une classe de thèmes un peu particuliers, au regard du fait qu’ils se trouvent surinvestis sur le plan idéologique. Et c’est justement ce que partagent à mon sens les travaux respectifs de Pierre France, Ysé Vauchez et Jeremy Ward. Précisons d’emblée ce que nous entendons par des thèmes idéologiques. En fait, il s’agit de tous ces univers dominants (médias main stream,  haute administration, think tanks influents, etc.) dont la force sociale est telle qu’ils parviennent, sur à peu près n’importe quel sujet, à imposer leurs idées et les catégories qui les ratifient. Non seulement les stratégies sont multiples, mais surtout elles se rétro-alimentent : cela va de la circularité circulaire (le « buzz ») qui crée l’évidence, à la convocation sur les plateaux télé des essayistes et experts de service qui viennent mimer la science. Pour décrire de manière un peu plus concrète ce que sont susceptibles de représenter en termes d’obstacles des terrains ayant partie liée avec ce type d’univers, je vais prendre ici un exemple tiré de ma thèse. Ayant développé dans ce cadre une analyse des enjeux de la notoriété publique depuis les années 1970 pour les intellectuels et les savants, j’ai en effet été conduit très vite à rompre avec une catégorie quasi incontournable : celle des « intellectuels médiatiques ». Il n’était évidemment pas question d’écarter le poids des médias dans les carrières par lesquelles les savants et les intellectuels accèdent à la reconnaissance élargie. En revanche, cette catégorie reprise à la fois par les milieux journalistiques et bon nombre des intéressé·e·s eux-mêmes, avait souvent tendance à fonctionner comme une espèce de concept écran finissant par expliquer tout et rien à la fois. C’est ainsi pour palier à ce type d’écueils qu’une enquête sur la visibilité des intellectuels et les savants se devait de porter le regard au-delà de leur exposition médiatique. Mais je referme cette parenthèse.

Pour monter en généralité sur ces thèmes travaillés par diverses formes de doxa intellectuelle, il me semble intéressant de revenir à la notion forgée par Patrick Champagne de « sens commun savant ». Une telle notion a le mérite de pointer deux des écueils qui ne peuvent désormais manquer de guetter l’enquête sociologique et ses résultats, à savoir la concurrence et la récupération. En ce qui concerne les « fake news » et le « complotisme », je pense à la multiplication des dispositifs en provenance du journalisme (fact-checking dans les rédactions, création de chaînes Youtube et de réseaux de débunking, etc.) et de l’action publique (commission Bronner installée depuis le septembre 2021 par le président Macron, vote de la loi dite « anti-fake news », etc.). S’agissant de l’ « hésitation vaccinale », on pourra trouver en sus des institutions de la gouvernance mondiale (Organisation Mondiale de la Santé, etc.). La question qui se pose immanquablement aux chercheur·e·s en sciences sociales confrontés à ce « sens commun savant » est alors de savoir ce qu’ils peuvent et doivent faire avec leur production. C’est là tout le défi d’une diffusion qui aurait quelque chance de démystifier ce « sens commun savant ». L’une des principales options qui semble s’être imposée à ce jour au sein de la communauté des chercheur·e·s en sciences sociales a plutôt été de se saisir de toutes les opportunités pour intervenir sur les différentes arènes médiatiques (tribunes,  émissions de radio et de télévision, etc.) et politico-administratives (commissions d’experts, missions gouvernementales, etc.) où se fabrique la doxa médiatico-administrativo-politique. Or, s’il n’y a pas de solutions évidentes pour que la réception des sciences sociales ne se retrouve pas définitivement cantonnée à la marginalité, ne pourrait-on pas néanmoins en se référant à Wright Mills faire preuve d’un peu plus d’imagination sociologique ?

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « La mise en doute des données », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 7 février 2022, https://sed.hypotheses.org/240.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Pierre France, « Conspiracism=Complotisme ? L’émergence d’un problème public des « théories du complot ». France-États-Unis » in La Part de l’Ombre, Champ Vallon, 2020

– Pierre France, « Méfiance avec le soupçon ? Vers une étude du complot(isme) en sciences sociales », Champ Pénal, 17, 2019.

– Ysé Vauchez, « Les mythes professionnels des fact-checkeurs. Un journalisme de données au service de la vérité », Politiques de communication, 2019/1 (n°12), p. 21-44. URL : https://www-cairn-info.ezproxy.univ-paris1.fr/revue-politiques-de-communication-2019-1-page-21.htm

– Ysé Vauchez, « La crédulité des crédules. Débat public et panique morale autour des fake news en France », Emulations, 2022 (n°39), à paraître début 2022.

– Jeremy K. Ward et Patrick Peretti-Watel, « Comprendre la méfiance vis-à-vis des vaccins : des biais de perception aux controverses », Revue française de sociologie, vol. 61, n° 2, 2020, p. 243-273.

Cafiero Florian, Paul GuilleEscuret, Jeremy K. Ward“I’m not an antivaxxer, but…”: Spurious and authentic diversity among vaccine critical activists, Social Networks, 65, p. 63-70, 2021.

– Ward Jeremy K., Comparing forms and degrees of critique: Ontologies of vaccine criticism, Science and Technology Studies, vol. 33, n°1, p. 54-75. 2020.

Troisième séance du 21 janvier 2022

kentbrew, CC BY-SA 2.0 , via Wikimedia Commons

La prochaine séance du séminaire « La science à l’épreuve des données » (SED) aura lieu le vendredi 21 janvier de 16h à 19h et portera sur le thème « La mise en doute des données ». Nous recevrons à cette occasion :

  • Pierre France (Orient Institut Beirut & CESSP, Paris 1)
  • Ysé Vauchez (CESSP, Université Paris 1)
  • Jeremy Ward (CERMES3, INSERM)

⚠ Nous attirons votre attention sur le fait qu’en raison de la situation sanitaire, cette troisième séance du séminaire ne se tiendra qu’en distanciel.

S’inscrire 👉 Si vous souhaitez recevoir le lien de la visio, nous vous prions de bien vouloir vous inscrire via le questionnaire suivant.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Pierre France, « Conspiracism=Complotisme ? L’émergence d’un problème public des « théories du complot ». France-États-Unis » in La Part de l’Ombre, Champ Vallon, 2020

– Pierre France, « Méfiance avec le soupçon ? Vers une étude du complot(isme) en sciences sociales », Champ Pénal, 17, 2019.

– Ysé Vauchez, « Les mythes professionnels des fact-checkeurs. Un journalisme de données au service de la vérité », Politiques de communication, 2019/1 (n°12), p. 21-44. URL : https://www-cairn-info.ezproxy.univ-paris1.fr/revue-politiques-de-communication-2019-1-page-21.htm

– Ysé Vauchez, « La crédulité des crédules. Débat public et panique morale autour des fake news en France », Emulations, 2022 (n°39), à paraître début 2022.

– Jeremy K. Ward et Patrick Peretti-Watel, « Comprendre la méfiance vis-à-vis des vaccins : des biais de perception aux controverses », Revue française de sociologie, vol. 61, n° 2, 2020, p. 243-273.

Cafiero Florian, Paul GuilleEscuret, Jeremy K. Ward“I’m not an antivaxxer, but…”: Spurious and authentic diversity among vaccine critical activists, Social Networks, 65, p. 63-70, 2021.

– Ward Jeremy K., Comparing forms and degrees of critique: Ontologies of vaccine criticism, Science and Technology Studies, vol. 33, n°1, p. 54-75. 2020.

Par ailleurs, vous trouverez sur le carnet hypothèses du séminaire une présentation détaillée du projet qui le sous-tend, son programme ainsi qu’un retour sur les séances 1 et  2.

Comité d’organisation : Boris Attencourt  (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP), Elise Lehoux  (Université Paris Cité, DGDBM – ANHIMA), Suzanne Mpouli   (Université Paris Cité, DGDBM), Maricel Rodriguez Blanco   (EPSS CY Cergy Paris Université – CREDA – CESPRA).

Séminaire organisé par la Direction Générale Déléguée des Bibliothèques et Musées (DGDBM) d’Université Paris Cité et soutenu par l’Idex Université Paris Cité ANR-18-IDEX-0001.

Retour sur la deuxième séance. Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ?

Le vendredi 17 décembre a eu lieu la deuxième séance du séminaire « La science à l’épreuve des données » intitulée « Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ? ».

Alors pourquoi ce titre un peu alambiqué ? Et bien pour signaler deux enjeux qui me semblent caractériser les enquêtes sur les élites.

Le premier concerne les données sur ces groupes sociaux. En disant qu’elles sont comme les autres, il s’agissait d’insister sur le fait que la catégorie des élites devrait être justiciable des mêmes collectes et traitements que les populations d’autres régions du monde social. Or, de ce point de vue, force est de constater que l’on a affaire à des milieux sociaux qui se laissent plus facilement approchés de loin (avec le quantitatif) que de près (avec le qualitatif). Dans le sillage des nombreux travaux menés par les Pinçon-Charlot, on trouve certes de plus en plus d’approches ethnographiques sur les élites. Mais ce n’est pas un hasard si elles concernent surtout des périodes ou des espaces où les chances de négocier un accès au terrain pour le chercheur en sciences sociales ne sont pas moindres. Je pense aux travaux sur la formation des élites de Shamus Kahn et de Caroline Bertron ou encore à ceux sur la philanthropie américaine en France étudiée par Anne Monier. C’est évidemment une tout autre histoire d’ethnographier le Cercle de l’Union interalliée, le palais de l’Elysée ou la Maison blanche. Un premier aspect de la discussion sera donc de savoir comment peut-on renforcer l’articulation entre les méthodes quantitatives et qualitatives dans l’étude des élites ?

Le second enjeu porté par les enquêtes sur les élites concerne la manière d’en restituer les résultats et c’est là où l’on peut dire que l’on a peut-être à faire à des données pas vraiment comme les autres. Je m’explique. Dans l’analyse de ces groupes, les noms propres et un ensemble de prédicats qui s’y rapportent (origines sociales, carnets d’adresses, revenus, etc.) s’avèrent souvent des variables indispensables à l’analyse et, ce d’autant plus, si l’on recourt à des approches en termes de champs. Le point de vue ethnographique axé sur les situations ou une ou plusieurs institutions a peut-être lui un peu plus de latitudes en termes de noms propres. Mais, quoi qu’il en soit, l’anonymisation (rappelons au passage qu’il s’agit d’une pratique courante chez les chercheurs en sciences sociales et qui existait bien avant la mise en place du RGPD) flirte avec un double problème. D’une part, anonymiser a minima (en changeant les noms propres) ne produira les effets escomptés ni pour les enquêtés ni même pour ceux qui lisent les résultats de l’enquête. D’autre part, le recours à une anonymisation plus poussée aurait pour conséquence d’arriver à un niveau de décontextualisation tel que l’enquête ne serait plus intelligible pour les pairs et, encore moins, pour une réception élargie. La restitution d’une enquête sur le mode d’un président X dans un pays Y devient en effet assez pauvre sur le plan analytique. Ce n’est donc pas pour rien si Bourdieu avait consacré dans le premier chapitre d’Homo Academicus une partie sur la distinction entre “individus empiriques” et “individus épistémiques”. Il s’agissait ainsi pour lui d’essayer de désamorcer la lecture des noms propres de sa population, celle des universitaires hexagonaux des années 60-70, comme des analyses orientées (épinglage, dénonciation, règlement de compte, etc.). Pour cela, il rappelait que l’individu épistémique construit par la science à travers des opérations de sélection et de construction n’est pas réductible à l’individu empirique perçu dans l’expérience ordinaire. Face à un RGPD appliqué aux sciences sociales qui prend des allures de philosophie sociale de la transparence (multiplication des procédures et des comités d’éthique au nom de la défense des personnes), ne serait-il pas au fond judicieux de diffuser et, encore mieux, d’enseigner cette distinction scientifique de l’individu épistémique qui n’est pas l’individu empirique ? Dernier point, et je terminerai là-dessus, si le droit de rectification et de suppression des données qu’offre le RGPD aux enquêtés apparaît on ne peut plus légitime, qu’en est-il de ce droit lorsqu’il concerne les élites ? Est-ce qu’il n’y a pas le risque pour ce type d’enquêtés qui composent la classe dominante de leur procurer en fin de compte des instruments de censure ? Que deviendrait par exemple une enquête sur le patronat dans la presse si la moitié d’entre eux exigeaient que les données qui les concernent soient retirées. Et bien, une telle amputation saperait la construction de l’objet et, par là même, sa valeur scientifique et critique.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ? », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 7 janvier 2022, https://sed.hypotheses.org/213.

Bibliographie indicative pour la séance :

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, « Les vieux habits du “monde d’après” » in A. Burlaud, A. Popelard et G. Rzepski (dir.), Le nouveau monde. Tableau de la France néolibérale, Paris, Editions Amsterdam, p. 61-71., 2021. ⟨hal-03373410⟩.

– François Denord, Mikael Palme, Bertrand Réau (ed.), Researching Elites and Power, Springer International Publishing, 2020. ⟨halshs-03093793⟩ (livre téléchargeable ici)

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Sylvain Thine, « Primus inter pares? The French field of power and its power elite », Socio-Economic Review, Oxford University Press (OUP), 2018, vol. 16, n°2, p. 277-306. ⟨halshs-03093813⟩.

– François Denord et Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants, Paris, Raisons d’agir, 2016.

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, et Sylvain Thine. « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 190, n°5, 2011, p. 24-57.

– Vincent Lebrou, « A la périphérie de l’Eurocratie : les intermédiaires locaux de la politique régionale de l’Union européenne et la managerialisation de l’action publique », Gouvernement et action publique, vol. 4, n°4, 2015, p. 101-126.

– Vincent Lebrou, « Une configuration aux traits incertains. Les acteurs de la Politique de cohésion de l’Union européenne en région », Politique européenne, vol. 57, n°3, 2017, p. 142-169.

– Vincent Lebrou et Luc Sigalo Santos, « Ce que le Fonds social européen fait à l’action publique locale. Reconfiguration des rapports institutionnels, redéfinition des rôles professionnels », Politique européenne, vol. 60, n°2, 2018, p. 8-33.

Deuxième séance du 17 décembre 2021

La prochaine séance du séminaire « La science à l’épreuve des données » (SED) aura lieu le vendredi 17 décembre de 15h à 18h et portera sur le thème « Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ? ». Nous recevrons à cette occasion :

  • François Denord (CESSP, CNRS)
  • Paul Lagneau-Ymonet (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Vincent Lebrou (CRJFC, Université de Franche-Comté)

S’inscrire 👉 Si vous souhaitez y assister sur place ou bien recevoir le lien de la visio, nous vous prions de bien vouloir vous inscrire via le questionnaire suivant.

S’y rendre 👉 Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins, Bât. “halle aux farines”, salle 244E (plan à télécharger).

⚠ Nous attirons enfin votre attention sur le fait que la détention d’un pass sanitaire valide est requise par l’Université de Paris pour assister aux événements scientifiques ouverts au public.

Bibliographie indicative pour la séance :

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, « Les vieux habits du “monde d’après” » in A. Burlaud, A. Popelard et G. Rzepski (dir.), Le nouveau monde. Tableau de la France néolibérale, Paris, Editions Amsterdam, p. 61-71., 2021. ⟨hal-03373410⟩.

– François Denord, Mikael Palme, Bertrand Réau (ed.), Researching Elites and Power, Springer International Publishing, 2020. ⟨halshs-03093793⟩ (livre téléchargeable ici)

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Sylvain Thine, « Primus inter pares? The French field of power and its power elite », Socio-Economic Review, Oxford University Press (OUP), 2018, vol. 16, n°2, p. 277-306. ⟨halshs-03093813⟩.

– François Denord et Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants, Paris, Raisons d’agir, 2016.

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, et Sylvain Thine. « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 190, n°5, 2011, p. 24-57.

– Vincent Lebrou, « A la périphérie de l’Eurocratie : les intermédiaires locaux de la politique régionale de l’Union européenne et la managerialisation de l’action publique », Gouvernement et action publique, vol. 4, n°4, 2015, p. 101-126.

– Vincent Lebrou, « Une configuration aux traits incertains. Les acteurs de la Politique de cohésion de l’Union européenne en région », Politique européenne, vol. 57, n°3, 2017, p. 142-169.

– Vincent Lebrou et Luc Sigalo Santos, « Ce que le Fonds social européen fait à l’action publique locale. Reconfiguration des rapports institutionnels, redéfinition des rôles professionnels », Politique européenne, vol. 60, n°2, 2018, p. 8-33.

Par ailleurs, vous trouverez sur le carnet hypothèses du séminaire une présentation détaillée du projet qui le sous-tend, son programme ainsi qu’un retour sur la première séance avec des références complémentaires fournies par les intervenants (Guillaume Carnino, Clément Marquet, Arnaud Saint-Martin).

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP), Elise Lehoux (Université Paris Cité, DGDBM – ANHIMA), Suzanne Mpouli (Université Paris Cité, DGDBM), Maricel Rodriguez Blanco (EPSS CY Cergy Paris Université – CREDA – CESPRA).

Séminaire organisé par la Direction Générale Déléguée des Bibliothèques et Musées (DGDBM) d’Université Paris Cité et soutenu par l’Idex Université Paris Cité ANR-18-IDEX-0001.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search