Peut-on faire de la sociologie avec de la littérature ?

J’ai été particulièrement heureux et fier de recevoir Catherine Bidou-Zachariassen et Gérard Mauger pour cette séance intitulée « Peut-on faire de la sociologie avec de la littérature ? ». Il faut d’ailleurs ajouter que ce titre m’a été généreusement proposé par Gérard Mauger.

Une question que l’on peut poser à la question « Peut-on faire de la sociologie avec de la littérature ? » est la suivante : qu’est-ce que vient faire la littérature dans un séminaire sur les données ? Cette association entre littérature et données mérite donc quelques explications.

Nous ne nous intéressons pas ici aux métadonnées sur la littérature à savoir les institutions et les agents qui la font. Il ne s’agit pas non plus d’analyser des contenus littéraires en recourant par exemple à des mesures lexicales : le nombre de fois où Proust a employé dans À la recherche les mots sociologie et philosophie, le nombre de fois où Flaubert etc. Si ces deux catégories de données demeurent bien sûr indispensables pour appréhender la littérature, c’est un autre aspect de celle-ci que nous entendons aborder. En effet, la littérature nous propose aussi un autre type de données que l’on peut qualifier de théoriques (theoretical data) à savoir des schèmes analytiques transposables. Certains me diront qu’avec l’expression « données théoriques », on est à la limite de l’oxymore. Or c’est là tout l’apport de ces data. Car elles peuvent être considérées au fond comme des anti-data nous permettant de rompre avec toutes les formes de positivisme, mais aussi d’académisme. Et c’est pour cette raison que Bourdieu jugeait la littérature aussi indispensable aux sciences sociales. Je le cite :

« Il va de soi que les sociologues ne doivent et ne peuvent pas prétendre rivaliser avec les écrivains. Ce serait s’exposer à être des « écrivains naïfs », au sens où l’on parle de peintres naïfs, par ignorance des exigences et des potentialités accumulées qui sont inscrites dans la logique du champ littéraire. Mais ils peuvent trouver dans les œuvres littéraires des indications ou des orientations de recherche qui leur sont interdites ou dissimulées par les censures propres au champ scientifique – surtout lorsqu’ils restent dominés, comme aujourd’hui en sciences sociales, par une philosophie positiviste. [1] ».

Autre passage qui va dans le même sens :

« Mais […] les écrivains nous enseignent bien davantage : pour ma part, ils m’ont aidé à échapper aux censures ou aux présupposés qui sont impliqués dans la représentation scientiste ou positiviste du travail scientifique. [2] ».

Pour ma part, la littérature s’est avérée une ressource indispensable au cours de ma thèse consacrée à la notoriété publique des intellectuels contemporains. En menant une ethnographie des lieux de conférences savantes pour le grand public (le Collège international de philosophie, Beaubourg, la BnF, etc.), je me suis notamment attaché à rendre compte des habitus intellectuels qui prédominaient au sein de ces lieux soumis à l’ordre mondain. Or, l’analyse de ce matériau ethnographique ayant trait à l’hexis corporelle et aux styles de vie (maintien, prestance, diction et prononciation, hauteur et ton de la voix, phrasé, manières de se présenter, de se comporter, choix vestimentaires, etc.) n’a eu de cesse de se nourrir de la lecture de deux œuvres : « A la recherche du temps perdu[3] » de Marcel Proust et « L’homme sans qualités[4] » de Robert Musil. En effet, l’une et l’autre ont en commun de proposer une ethnographie des lieux de sociabilités de la classe dominante en montrant les luttes qui s’y jouent pour la définition légitime de l’intellectuel. C’est à travers la description de hauts lieux de la mondanité (le salon des Verdurin et des Guermantes chez Proust ; le salon des Tuzzi et l’action parallèle chez Musil) et de celle des personnages aux traits stylisés qui les fréquentent Charles Swann, Docteur Cottard, Professeur Brichot, Albert Bloch chez Proust ; Ulrich, Paul Arnheim, Le Général Stumm von Bordwehr, Diotime Tuzzi, Walter et Clarisse, Hans Sepp et Gerda Fischel, chez Musil) que ces auteurs nous proposent une compréhension profonde de la confrontations des habitus mondains autour de l’intellectualité. Pour l’exemplifier, nous voudrions revenir sur l’un des protagonistes de chacune des œuvres, Charles Swann chez Proust et Paul Arnheim chez Musil, tous deux illustrant de manière exemplaire un type idéal d’habitus mondain. S’agissant de Swann, il incarne cette fraction de la bourgeoisie qui, par son ancienneté et ses relations, est suffisamment sûre d’elle-même pour adopter en toutes circonstances une espèce de détachement et de hauteur de vue. L’incorporation précoce du jeu mondain le prédispose ainsi à n’y voir qu’un simple jeu dont les règles sont devenues au fil du temps transparentes et surtout profondément ennuyantes.

« Les gens du monde le possèdent dans leur mémoire, ils ont sur ces matières une érudition d’où ils ont extrait une sorte de goût, de tact, si bien que Swann par exemple, sans avoir besoin de faire appel à son savoir mondain, s’il lisait dans un journal les noms des personnes qui se trouvaient à un diner pouvait dire immédiatement la nuance du chic de ce dîner, comme un lettré, à la simple lecture d’une phrase, apprécie exactement la qualité littéraire de son auteur.[5] ».

 « D’ailleurs, ayant laissé s’affaiblir les croyances intellectuelles de sa jeunesse, et son scepticisme d’homme du monde ayant à son insu pénétré jusqu’à elles, il pensait (ou du moins il avait si longtemps pensé cela qu’il le disait encore) que les objets de nos goûts n’ont pas en eux une valeur absolue, mais que tout est l’affaire d’époque, de classe, consiste en modes, dont les plus vulgaires valent celles qui passent pour les plus distinguées.[6] ».

D’où son aversion pour tout ce qui se rapporte au « docte » et au « pédant » en la personne de « Brichot » qui lui au contraire prend tout au sérieux :

« (…) Swann ne put trouver les plaisanteries de Brichot que pédantesques, vulgaires et grasses à écœurer. Puis il était choqué dans l’habitude qu’il avait des bonnes manières, par le ton rude et militaire qu’affectait, en s’adressant à chacun, l’universitaire cocardier.[7] ».

Le portrait dressé par Musil de Paul Arnheim, dont on sait qu’il s’est largement inspiré de la personne de Walter Rathenau[8] – un industriel, écrivain et homme politique allemand –, nous renseigne, quant à lui, sur un autre profil d’habitus mondain : l’intellectuel homme d’affaires. Inclassable parce qu’il joue sur les deux tableaux, la pensée et les affaires, Paul Arnheim se fait le chantre d’une philosophie vitaliste qu’il insuffle tant ses opérations financières internationales que ses essais éclectiques et omniscients. Une telle figure n’est d’ailleurs pas sans évoquer celle de Jacques Attali.

« Arnheim était un homme de grand format. Son activité s’étendait à tous les continents de la terre et de la connaissance. Il connaissait tout : les philosophes, la finance, la musique, le monde et le sport. Il s’exprimait couramment en cinq langues. (…)  Une ou deux fois l’an, il se retirait dans ses terres pour y coucher sur le papier les expériences de sa vie intellectuelle. Ces livres, ces essais, dont la liste était déjà imposante, étaient très recherchés, atteignaient de gros tirages et étaient traduits en plusieurs langues : (…). C’est dans le commerce qu’il fallait aller chercher la troisième cause de la célébrité d’Arnheim. (…) Il était réputé pour citer les poètes dans les conseils d’administration et vouloir à tout prix que le commerce ne fût pas séparé des autres activités humaines, et que les affaires fussent traitées en liaison avec tous les problèmes de la vie nationale, intellectuelle et même intime.[9] ».

[1] Pierre Bourdieu (avec Loïc J.D. Wacquant), Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Le Seuil, 1992, p. 178.

[2] Ibid., p. 178-179.

[3] Pour A la recherche du temps perdu, on se reportera à l’édition Folio en huit volumes (Paris, Gallimard, 1988-1990).

[4] Concernant L’homme sans qualités, nous nous référerons à dernière édition établie par Jean-Pierre Cometti (tome 1 et 2, Paris, Le Seuil, 2004).

[5] Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, 1988, p. 239.

[6] Ibid., p. 243.

[7] Ibid., p. 249.

[8] Au sujet de l’influence de Walter Rathenau sur Robert Musil, voir « Robert  Musil. La philosophie de la vie et les illusions de l’action parallèle » in Jacques Bouveresse, La voix de l’âme et les chemins de l’esprit. Dix études sur Robert Musil, op. cit., p. 186-226.

[9] Robert Musil, L’homme sans qualités, tome 1, op. cit., p. 225-226.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Peut-on faire de la sociologie avec de la littérature ? », publié le 6 novembre 2022, https://sed.hypotheses.org/810.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Bidou-Zachariasen Catherine, « De la “maison” au salon », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 105, décembre 1994. Stratégies de reproduction et transmission des pouvoirs. p. 60-70, (article consultable ici).

– Bidou-Zachariasen Catherine, Proust sociologue. De la maison aristocratique au salon bourgeois, Paris, Editions Descartes et Cie, 1997.

– Bidou-Zachariasen Catherine, « Le « Jet d’eau d’Hubert Robert » ou Proust analyste de la mobilité sociale », Ethnologie Française, XX, 1990,1, p 34-41.

– Bidou-Zachariasen Catherine, « Individu et société dans la sociologie du roman proustien », L’Année Sociologique, 1998, 48 n°2, p 295-318.

– Bidou-Zachariasen Catherine, « L’espace urbain comme ressource sociale dans le roman proustien », Espaces et Sociétés, n°94/1998, p 55-73, (article consultable ici).

– Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.

– Champy Florent,  « Littérature, sociologie et sociologie de la littérature, à propos de lectures sociologiques de « A la recherche du temps perdu » », Revue Française de Sociologie, 2000, 41-2, p 345-364, (article consultable ici).

– Lyon-Caen Judith, La Griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature, Paris, Gallimard, collection NRF Essais, 2019.

– Mauger Gérard, 1994, « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de recherche sur les milieux populaires », Politix,  n° 27, p. 32-44 (article consultable ici).

– Mauger Gérard, 2004, « Annie Ernaux, ethnologue organique de la migration de classe », in Fabrice Thumerel (dir.), Annie Ernaux, une œuvre de l’entre-deux, Arras, Artois Presses Université, p. 177-203.

– Mauger Gérard, 2018, « Capitaux, dispositions et stratégies populaires » (Compte rendu de Elena Ferrante, L’amie prodigieuse I et II, traduit de l’italien par Elsa Damien, Paris, Éditions Gallimard, Folio, 2014 et 2016), Savoir/Agir, n° 44, p. 95-107 (article consultable ici).

– Pouly Marie-Pierre, « Proust ethnographe et policier symbolique. Diffusion de l’anglais et maintien des écarts linguistiques », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 188, n° 3, 2011, p. 84-101 (article consultable ici).

– Pouly Marie-Pierre, « Playing both sides of the field. The anatomy of a ‘quality’ bestseller », Poetics, n°59, 2016, p. 20-34.

 



Citer ce billet
Boris Attencourt (2022, 6 novembre). Peut-on faire de la sociologie avec de la littérature ? La science à l’épreuve des données. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/txrt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search