L’information géospatiale et les datacenters comme terrains d’analyse du capitalisme numérique

C’était donc vendredi dernier (le 26 novembre 2021) la séance de lancement du séminaire « La science à l’épreuve des données » qui j’espère deviendra plus simplement pour celles et ceux qui le suivent le séminaire SED.

Il était donc important d’introduire le thème de cette première séance intitulée “L’information géospatiale et les datacenters comme terrains d’analyse du capitalisme numérique” au regard de la réflexion collective à mener sur la donnée à laquelle le séminaire SED entend contribuer.

Dans l’argumentaire, j’avais insisté sur le fait qu’il n’y avait guère de secteurs aujourd’hui qui échappaient désormais à l’enjeu de la data et, par là même, à celui de l’emprise des GAFAM. C’est pourquoi il était impératif de commencer par se poser la question suivante : de quoi le capitalisme numérique est-il le nom ? Ce qui signifie en termes sociologiques s’intéresser aux institutions, aux agents et à leurs trajectoires, aux espaces entendus comme des sites localisés ou des champs au sens de Bourdieu, etc., bref, à tout ce qui d’une manière ou d’une autre le fait tenir debout.

Deux entrées ont permis ce jour d’éclairer cette question brulante du capitalisme numérique.

Ce capitalisme a beau être numérique, il n’en conserve pas moins une matérialité que l’on avait peut-être un peu trop tendance à oublier jusque-là. Quoi de mieux alors pour saisir cette matérialité que se tourner vers les datacenters ? Enquêter comme l’ont fait Clément Marquet et Guillaume Carnino sur ce terrain, c’est au fond attirer notre attention sur un angle mort : celui des coûts et des risques induits par cette économie de la donnée. Alors que les principaux acteurs de ce secteur ne cessent, eux, dans le même temps de se présenter sous les traits des bénéfices. Sur le plan du travail d’abord, le fait d’avoir investigué des sites concrets s’est avéré particulièrement objectivant. On y découvre notamment tout un ensemble de petites mains techniques (des opérateurs) qui assurent au quotidien le bon fonctionnement des datacenters (on aurait pu également prendre l’exemple ici des entrepôts d’Amazon et de la commande vocale). Tandis que les cadres de la data sont, eux, placés dans de véritables “bulles” type googleplex où ils se voient totalement affranchis des contraintes du monde social. En ouvrant la boîte noire des datacenters, Guillaume Carnino et Clément Marquet nous donnent aussi à voir ce qu’ils représentent sur les plans environnemental et sanitaire (énergivore, empreinte carbone, nouvelles pathologies professionnelles, risques psycho-sociaux, etc.).

L’autre entrée est celle des données géospatiales. Arnaud Saint-Martin a enquêté sur la très longue durée pour reconstituer le circuit de cette donnée qui vaut de l’or à la fois pour sa rentabilité économique propre (levée de fonds des starts-ups, placements boursiers, etc.) mais aussi pour les marchés publics qu’elle engendre (les moyens de stockage « big » de Google ou Amazon, on y revient !). Ce que met notamment en évidence Arnaud Saint-Martin, c’est que l’on a affaire à des montages économico-militaro-politiques complexes qui instaurent des niveaux d’intrication sans précédent entre public et privé et, autrement dit, les sommets des états et les GAFAM qui travaillent dès lors main dans la main. L’exploration de ce circuit de la donnée géospatiale nous place donc ici au cœur de la notion d’ « élite au pouvoir » définie par le sociologue Charles Wright Mills avec une interrogation de fond étayée par la donnée géospatiale : peut-on continuer de confier l’intérêt général à ce qui répond avant tout à un partage des bénéfices au sein de la société des puissants ?

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP) Pour citer cet article : Boris Attencourt, « L’information géospatiale et les datacenters comme terrains d’analyse du capitalisme numérique », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 6 décembre 2021, https://sed.hypotheses.org/158.

Références citées par Guillaume Carnino et Clément Marquet :

– Guillaume Carnino, Clément Marquet. « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, n° 1, 2018, p. 19-62 (https://www.cairn.info/revue-zilsel-2018-1-page-19.htm).

– Frédérick Douzet et al., “Les nouveaux territoires stratégiques du cyberespace : le cas de la Russie”, Stratégique, 117/4, 2017, p. 169-186.

– Alix Johnson, “Data centers as infrastructurals in-between: expanding connections and enduring marginalities in Iceland”, Amercian Ethnologist, 46/1, 2019, p. 75-88.

– Libertson Frans et al., “Data-center infrastructures and energy gentrification: perspectives from Sweden”, Sustainibility: Science, Practice and Policy, 17/1, 2021, p. 153-162.

– Marquet Clément, “Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune”, Tracés, 35, 2018, p. 75-98.

Références citées par Arnaud Saint-Martin :

– Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz, Arnaud Saint-Martin, Les données satellitaires au cœur des arènes publiques. Opérateurs de factualité et interprétations critiques dans les processus d’alerte et de controverse, GSPR-EHESS, 2011, 98 p.

– James E. David, Spies and shuttles. NASA’s secret relationships with the DoD and CIA, Sciences/Technology University Press of Florida, 2015, 370 p. (https://upf.com/book.asp?id=9780813049991).

– Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, « Les enjeux des données dans la politique spatiale européenne », in Michel Avignon, Cathy Dubois, Philippe Escudier (eds.), Observer la terre depuis l’espace : enjeux scientifiques, économiques et politiques, Paris, Dunod, 2014, p. 215-238.

Mark Monmonier, Spying with Maps : Surveillance Technologies and the Future of Privacy, Chicago, The University of Chicago Press, 2002, 250 p. (https://press.uchicago.edu/ucp/books/book/chicago/S/bo3634929.html)



Citer ce billet
Boris Attencourt (2022, 6 novembre). L’information géospatiale et les datacenters comme terrains d’analyse du capitalisme numérique. La science à l’épreuve des données. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/txrs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search