Retour sur la troisième séance. La mise en doute des données

Telle qu’elle a été conçue, la séance du 21 janvier dernier avait pour but de questionner ce que j’ai appelé, en référence aux enjeux de la data, la « mise en doute des données » . À cette fin, trois entrées thématiques ont été abordées (il faut bien évidemment mettre des guillemets), à savoir le « complotisme », les « fake news » et, enfin, l’ « hésitation vaccinale ».

Si je parle d’entrées thématiques et pas d’objets, c’est parce que le principe d’une recherche en sciences sociales est précisément d’engager un travail de construction qui, en se plaçant sur le terrain de l’enquête empirique et de l’administration de la preuve, permet de passer du premier (le thème) au second (l’objet). Or il ne me semble pas inutile d’insister sur une classe de thèmes un peu particuliers, au regard du fait qu’ils se trouvent surinvestis sur le plan idéologique. Et c’est justement ce que partagent à mon sens les travaux respectifs de Pierre France, Ysé Vauchez et Jeremy Ward. Précisons d’emblée ce que nous entendons par des thèmes idéologiques. En fait, il s’agit de tous ces univers dominants (médias main stream,  haute administration, think tanks influents, etc.) dont la force sociale est telle qu’ils parviennent, sur à peu près n’importe quel sujet, à imposer leurs idées et les catégories qui les ratifient. Non seulement les stratégies sont multiples, mais surtout elles se rétro-alimentent : cela va de la circularité circulaire (le « buzz ») qui crée l’évidence, à la convocation sur les plateaux télé des essayistes et experts de service qui viennent mimer la science. Pour décrire de manière un peu plus concrète ce que sont susceptibles de représenter en termes d’obstacles des terrains ayant partie liée avec ce type d’univers, je vais prendre ici un exemple tiré de ma thèse. Ayant développé dans ce cadre une analyse des enjeux de la notoriété publique depuis les années 1970 pour les intellectuels et les savants, j’ai en effet été conduit très vite à rompre avec une catégorie quasi incontournable : celle des « intellectuels médiatiques ». Il n’était évidemment pas question d’écarter le poids des médias dans les carrières par lesquelles les savants et les intellectuels accèdent à la reconnaissance élargie. En revanche, cette catégorie reprise à la fois par les milieux journalistiques et bon nombre des intéressé·e·s eux-mêmes, avait souvent tendance à fonctionner comme une espèce de concept écran finissant par expliquer tout et rien à la fois. C’est ainsi pour palier à ce type d’écueils qu’une enquête sur la visibilité des intellectuels et les savants se devait de porter le regard au-delà de leur exposition médiatique. Mais je referme cette parenthèse.

Pour monter en généralité sur ces thèmes travaillés par diverses formes de doxa intellectuelle, il me semble intéressant de revenir à la notion forgée par Patrick Champagne de « sens commun savant ». Une telle notion a le mérite de pointer deux des écueils qui ne peuvent désormais manquer de guetter l’enquête sociologique et ses résultats, à savoir la concurrence et la récupération. En ce qui concerne les « fake news » et le « complotisme », je pense à la multiplication des dispositifs en provenance du journalisme (fact-checking dans les rédactions, création de chaînes Youtube et de réseaux de débunking, etc.) et de l’action publique (commission Bronner installée depuis le septembre 2021 par le président Macron, vote de la loi dite « anti-fake news », etc.). S’agissant de l’ « hésitation vaccinale », on pourra trouver en sus des institutions de la gouvernance mondiale (Organisation Mondiale de la Santé, etc.). La question qui se pose immanquablement aux chercheur·e·s en sciences sociales confrontés à ce « sens commun savant » est alors de savoir ce qu’ils peuvent et doivent faire avec leur production. C’est là tout le défi d’une diffusion qui aurait quelque chance de démystifier ce « sens commun savant ». L’une des principales options qui semble s’être imposée à ce jour au sein de la communauté des chercheur·e·s en sciences sociales a plutôt été de se saisir de toutes les opportunités pour intervenir sur les différentes arènes médiatiques (tribunes,  émissions de radio et de télévision, etc.) et politico-administratives (commissions d’experts, missions gouvernementales, etc.) où se fabrique la doxa médiatico-administrativo-politique. Or, s’il n’y a pas de solutions évidentes pour que la réception des sciences sociales ne se retrouve pas définitivement cantonnée à la marginalité, ne pourrait-on pas néanmoins en se référant à Wright Mills faire preuve d’un peu plus d’imagination sociologique ?

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « La mise en doute des données », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 7 février 2022, https://sed.hypotheses.org/240.

Bibliographie indicative pour la séance :

– Pierre France, « Conspiracism=Complotisme ? L’émergence d’un problème public des « théories du complot ». France-États-Unis » in La Part de l’Ombre, Champ Vallon, 2020

– Pierre France, « Méfiance avec le soupçon ? Vers une étude du complot(isme) en sciences sociales », Champ Pénal, 17, 2019.

– Ysé Vauchez, « Les mythes professionnels des fact-checkeurs. Un journalisme de données au service de la vérité », Politiques de communication, 2019/1 (n°12), p. 21-44. URL : https://www-cairn-info.ezproxy.univ-paris1.fr/revue-politiques-de-communication-2019-1-page-21.htm

– Ysé Vauchez, « La crédulité des crédules. Débat public et panique morale autour des fake news en France », Emulations, 2022 (n°39), à paraître début 2022.

– Jeremy K. Ward et Patrick Peretti-Watel, « Comprendre la méfiance vis-à-vis des vaccins : des biais de perception aux controverses », Revue française de sociologie, vol. 61, n° 2, 2020, p. 243-273.

Cafiero Florian, Paul GuilleEscuret, Jeremy K. Ward“I’m not an antivaxxer, but…”: Spurious and authentic diversity among vaccine critical activists, Social Networks, 65, p. 63-70, 2021.

– Ward Jeremy K., Comparing forms and degrees of critique: Ontologies of vaccine criticism, Science and Technology Studies, vol. 33, n°1, p. 54-75. 2020.


Une réponse sur “Retour sur la troisième séance. La mise en doute des données”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search