Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ?

Le vendredi 17 décembre a eu lieu la deuxième séance du séminaire « La science à l’épreuve des données » intitulée « Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ? ».

Alors pourquoi ce titre un peu alambiqué ? Et bien pour signaler deux enjeux qui me semblent caractériser les enquêtes sur les élites.

Le premier concerne les données sur ces groupes sociaux. En disant qu’elles sont comme les autres, il s’agissait d’insister sur le fait que la catégorie des élites devrait être justiciable des mêmes collectes et traitements que les populations d’autres régions du monde social. Or, de ce point de vue, force est de constater que l’on a affaire à des milieux sociaux qui se laissent plus facilement approchés de loin (avec le quantitatif) que de près (avec le qualitatif). Dans le sillage des nombreux travaux menés par les Pinçon-Charlot, on trouve certes de plus en plus d’approches ethnographiques sur les élites. Mais ce n’est pas un hasard si elles concernent surtout des périodes ou des espaces où les chances de négocier un accès au terrain pour le chercheur en sciences sociales ne sont pas moindres. Je pense aux travaux sur la formation des élites de Shamus Kahn et de Caroline Bertron ou encore à ceux sur la philanthropie américaine en France étudiée par Anne Monier. C’est évidemment une tout autre histoire d’ethnographier le Cercle de l’Union interalliée, le palais de l’Elysée ou la Maison blanche. Un premier aspect de la discussion sera donc de savoir comment peut-on renforcer l’articulation entre les méthodes quantitatives et qualitatives dans l’étude des élites ?

Le second enjeu porté par les enquêtes sur les élites concerne la manière d’en restituer les résultats et c’est là où l’on peut dire que l’on a peut-être à faire à des données pas vraiment comme les autres. Je m’explique. Dans l’analyse de ces groupes, les noms propres et un ensemble de prédicats qui s’y rapportent (origines sociales, carnets d’adresses, revenus, etc.) s’avèrent souvent des variables indispensables à l’analyse et, ce d’autant plus, si l’on recourt à des approches en termes de champs. Le point de vue ethnographique axé sur les situations ou une ou plusieurs institutions a peut-être lui un peu plus de latitudes en termes de noms propres. Mais, quoi qu’il en soit, l’anonymisation (rappelons au passage qu’il s’agit d’une pratique courante chez les chercheurs en sciences sociales et qui existait bien avant la mise en place du RGPD) flirte avec un double problème. D’une part, anonymiser a minima (en changeant les noms propres) ne produira les effets escomptés ni pour les enquêtés ni même pour ceux qui lisent les résultats de l’enquête. D’autre part, le recours à une anonymisation plus poussée aurait pour conséquence d’arriver à un niveau de décontextualisation tel que l’enquête ne serait plus intelligible pour les pairs et, encore moins, pour une réception élargie. La restitution d’une enquête sur le mode d’un président X dans un pays Y devient en effet assez pauvre sur le plan analytique. Ce n’est donc pas pour rien si Bourdieu avait consacré dans le premier chapitre d’Homo Academicus une partie sur la distinction entre “individus empiriques” et “individus épistémiques”. Il s’agissait ainsi pour lui d’essayer de désamorcer la lecture des noms propres de sa population, celle des universitaires hexagonaux des années 60-70, comme des analyses orientées (épinglage, dénonciation, règlement de compte, etc.). Pour cela, il rappelait que l’individu épistémique construit par la science à travers des opérations de sélection et de construction n’est pas réductible à l’individu empirique perçu dans l’expérience ordinaire. Face à un RGPD appliqué aux sciences sociales qui prend des allures de philosophie sociale de la transparence (multiplication des procédures et des comités d’éthique au nom de la défense des personnes), ne serait-il pas au fond judicieux de diffuser et, encore mieux, d’enseigner cette distinction scientifique de l’individu épistémique qui n’est pas l’individu empirique ? Dernier point, et je terminerai là-dessus, si le droit de rectification et de suppression des données qu’offre le RGPD aux enquêtés apparaît on ne peut plus légitime, qu’en est-il de ce droit lorsqu’il concerne les élites ? Est-ce qu’il n’y a pas le risque pour ce type d’enquêtés qui composent la classe dominante de leur procurer en fin de compte des instruments de censure ? Que deviendrait par exemple une enquête sur le patronat dans la presse si la moitié d’entre eux exigeaient que les données qui les concernent soient retirées. Et bien, une telle amputation saperait la construction de l’objet et, par là même, sa valeur scientifique et critique.

Boris Attencourt (Université Paris Cité, DGDBM – CESSP)

Pour citer cet article : Boris Attencourt, « Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ? », carnet Hypothèses « La science à l’épreuve des données », publié le 7 janvier 2022, https://sed.hypotheses.org/213.

Bibliographie indicative pour la séance :

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, « Les vieux habits du “monde d’après” » in A. Burlaud, A. Popelard et G. Rzepski (dir.), Le nouveau monde. Tableau de la France néolibérale, Paris, Editions Amsterdam, p. 61-71., 2021. ⟨hal-03373410⟩.

– François Denord, Mikael Palme, Bertrand Réau (ed.), Researching Elites and Power, Springer International Publishing, 2020. ⟨halshs-03093793⟩ (livre téléchargeable ici)

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Sylvain Thine, « Primus inter pares? The French field of power and its power elite », Socio-Economic Review, Oxford University Press (OUP), 2018, vol. 16, n°2, p. 277-306. ⟨halshs-03093813⟩.

– François Denord et Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants, Paris, Raisons d’agir, 2016.

– François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, et Sylvain Thine. « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 190, n°5, 2011, p. 24-57.

– Vincent Lebrou, « A la périphérie de l’Eurocratie : les intermédiaires locaux de la politique régionale de l’Union européenne et la managerialisation de l’action publique », Gouvernement et action publique, vol. 4, n°4, 2015, p. 101-126.

– Vincent Lebrou, « Une configuration aux traits incertains. Les acteurs de la Politique de cohésion de l’Union européenne en région », Politique européenne, vol. 57, n°3, 2017, p. 142-169.

– Vincent Lebrou et Luc Sigalo Santos, « Ce que le Fonds social européen fait à l’action publique locale. Reconfiguration des rapports institutionnels, redéfinition des rôles professionnels », Politique européenne, vol. 60, n°2, 2018, p. 8-33.



Citer ce billet
Boris Attencourt (2022, 7 janvier). Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ? La science à l’épreuve des données. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/txrj

Une réponse sur “Enquêter sur les élites : des données comme les autres et, en même temps, pas comme les autres ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search